Le carton blanc est-il une bonne idée ?

  • A
  • A
Le carton blanc est-il une bonne idée ?
@ Fabrice COFFRINI/AFP
Partagez sur :

LA POLÉMIQUE - Michel Platini défend l'idée d'une exclusion temporaire sur les terrains de foot.

En marge d'une conférence sur le sport à Dubaï, Michel Platini a relancé son idée d'instaurer un carton blanc pour sanctionner les joueurs d'une exclusion temporaire de dix minutes. Le président de l'UEFA avait déjà évoqué une telle mesure dans son ouvrage paru en octobre dernier, Parlons football. Projet gadget ou idée porteuse ? Europe 1 lance le débat.

OUI : "c'est un bon compromis"

Par Julien FROMENT

"Si ne je suis pas toujours d'accord avec les innovations réglementaires souhaitées par Michel Platini (notamment sur la question des arbitres de surface), il faut admettre que le carton blanc a de quoi séduire. Il s'agit selon moi du compromis parfait entre le carton jaune et l'expulsion définitive. Un petit tour du côté du banc de touche - admettons 10 minutes - pourrait permettre à certains joueurs de retrouver leurs esprits, sans pour autant les sanctionner plus durement. C'est également un bon moyen pour l'entraîneur et son staff de parler avec le joueur exclu et ainsi de le raisonner. Sans être pour autant pour les avertissements à tout-va, ce carton blanc serait un plus non négligeable pour des arbitres souvent confrontés à des choix souvent cornéliens..."

NON : "il existe d'autres priorités"

Par Nicolas ROUYER

"Qui a dit que Michel Platini était rétif à toute innovation dans le football ? Après le recours à des arbitres de surface, le président de l'UEFA aimerait en effet que la Fifa créé un carton blanc, qui s'accompagnerait d'une exclusion temporaire pour le fautif. L'intention, qui est de protéger les joueurs, est louable. Mais elle modifierait en profondeur la nature même du jeu, en instaurant la notion de "supériorité numérique temporaire", qui fait partie de l'ADN du handball ou du rugby mais pas du football. Il existe d'autres priorités dans le football, à commencer par la généralisation du recours à la vidéo dans les grandes compétitions. Trop d'erreurs sont encore commises sur des actions qui changent la nature d'un match. Les opposants à la vidéo considèrent qu'elle ralentirait le jeu. Mais quid alors du carton blanc ? Il engendrerait palabres à n'en plus finir avant que le joueur ne concède à sortir. Le football européen et mondial a surtout besoin de crédibilité : et ce n'est pas le carton blanc qui est aujourd'hui le plus à même de lui en offrir."

>> LIRE AUSSI : Michel Platini : "je suis plus que blanc"