Le Bayern écrase (encore) le Barça

  • A
  • A
Le Bayern écrase (encore) le Barça
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Sans Messi, le Barça a une nouvelle fois été dominé par le Bayern Munich (3-0).

La cacahuète* : Ses partenaires savaient qu'il allait faire ça. Ses adversaires aussi. Et pourtant, Arjen Robben les a tous enrhumés. Après un long service de David Alaba, l'ailier néerlandais a repiqué vers le centre, se jouant d'Adriano, avant d'adresser une magnifique frappe enroulée dans la lucarne opposée. 1-0 pour le Bayern Munich, déjà vainqueur 4-0 à l'aller. Le Barça contraint de marquer six fois pour espérer se qualifier. Cette demi-finale retour était terminée dès la 48e minute de jeu. Mais, n'avait-elle jamais commencé ?

Robben ouvre le score pour le Bayern :



Le Caliméro : Si cette demi-finale était perdue d'avance pour le Barça, c'est parce que Lionel Messi, l'homme indispensable pour croire (un peu) à l'impossible exploit, n'était pas présent sur la pelouse. Il rejoignait Puyol, Mascherano, Abidal, Busquets ou Puyol parmi les absents de marque côté Barça. Le quadruple Ballon d'Or, touché à une cuisse lors du quart de finale aller face au PSG (2-2, 1-1), a visiblement fait une rechute à l'entraînement mercredi matin. Du coup, comme face au PSG, "la Pulga" s'est installée sur le banc au coup d'envoi. Mais cette fois, il n'est jamais entré en jeu. Et il s'est peu à peu affaissé à mesure que son équipe s'effondrait sur le terrain...

Messi sur le banc (930x620)

© Capture d'écran Canal+

L'action Playstation : Totalement intenable sur la large pelouse du Camp Nou, Robben fut également à l'origine du deuxième but. Après avoir repiqué plein champ, il transmit le cuir à Gustavo qui, sur un pas, lança Franck Ribéry dans la profondeur. Le Français centra fort devant le but et... Gérard Piqué finit le travail, bien malgré lui, en marquant contre son camp (72e). Le calice jusqu'à la lie, ou presque.

Piqué conclut l'action du Bayern :



Celui qui a bien mérité sa douche : A l'instar de son alter-ego Robben, Franck Ribéry a réussi un match plein, épuisant la défense catalane par ses courses échevelées. L'une d'entre elles fut à l'origine du troisième but bavarois (76e). "Francky" prit tout le monde de vitesse, à commencer par son vis-à-vis Alexandre Song, pour centrer sur Thomas Müller. Comme à l'aller, l'international allemand prit le dessus de la tête sur l'arrière-garde catalane pour inscrire le but du 3-0. Le but de l'humiliation pour le Barça, qui n'avait plus subi une telle correction (7-0 !) sur une double confrontation depuis 1946 et une défaite 8-1 contre Séville en Coupe du Roi. Un double revers historique.



Franck Ribéry à Barcelone (930x620)

© REUTERS

La pensée du jour : "J'ai perdu deux finales, je n'ai pas envie d'en perdre une troisième", a confié Franck Ribéry au micro de Canal+. Après 2010 et 2012, le Bayern a en effet décroché mercredi au Camp Nou sa troisième finale en quatre éditions de la Ligue des champions. Celle de 2010, perdue contre l'Inter Milan (0-2), le Français  ne l'avait pas jouée en raison d'un carton rouge récolté contre l'Olympique lyonnais en demi-finales. La deuxième, il l'avait perdu à domicile contre Chelsea, la saison dernière (1-1, 4-3 aux tab). "Si je peux remporter tous ces trophées... Comme on dit, Inch'Allah." En plus de la finale de la C1, le Bayern disputera en effet celle de la Coupe d'Allemagne, le 1er juin prochain, contre Stuttgart.

Tifo des supporters du Barça (930x620)

© Capture d'écran Canal+

Le tifo : Les supporters catalans, refroidis par le score du match aller, ne se faisait guère d'illusions avant ce match retour. Aussi ont-ils demandé à leurs joueurs de l'"orgull", de la fierté afin de défendre du mieux possible les couleurs blaugrana. Mais, privés de leur guide Messi, les Barcelonais n'ont été capables de rien, ou de pas grand-chose. A peine Pedro, bourreau du PSG en quarts de finale, adressa-t-il une frappe qui mit Manuel Neuer à contribution (23e). Presque la seule occasion nette en 180 minutes de football...

Uli Hoeness au Camp Nou (930x620)

© Capture d'écran Canal+

Le people :Il avait animé l'avant-match la semaine dernière. Uli Hoeness, le président du conseil de surveillance du Bayern, au cœur d'un scandale de fraude fiscale, était présent dans les tribunes du Camp Nou (ici à droite) aux côtés de Franz Beckenbauer et du président du Barça, Sandro Rosell. Le tourbillon médiatique qui a accompagné les révélations de la presse allemande n'a pas empêché la marche royale du Bayern vers la finale.

Le chant : A l'heure de jeu, les supporters du Bayern Munich, venus en nombre, se sont offert un petit plaisir en scandant chacune des passes réussies par leurs joueurs de "Olé" que l'on a davantage l'habitude d'entendre dans les arènes. Le Barça, habitué à toréer ses adversaires et à multiplier les piques, était devenu le taureau...

*Voir la bible d'Europe1.fr en short