Le Bayern désarme Arsenal

  • A
  • A
Le Bayern désarme Arsenal
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le Bayern Munich a nettement dominé Arsenal (3-1) lors du 8e de finale aller.

La cacahuète* : Pour résumer, ce match entre Arsenal et le Bayern Munich avait été présenté comme le duel de la vitesse anglaise - avec le rapide Theo Walcott seul en pointe côté Gunners - contre la puissance allemande - avec le quatuor offensif Kroos-Müller-Ribéry-Mandzukic. Et bien, la puissance n'a pas tardé à parler. Sur un centre venu de la droite de Thomas Müller, Toni Kroos a repris d'une volée puissante aux 18 mètres. Après 7 minutes, le vaisseau Arsenal était déjà touché.

Kroos ouvre le score pour le Bayern :

Le moment où tout a (définitivement) basculé : A l'origine du premier but, Thomas Müller a été à la finition sur le second. Sur un corner venu de la droite botté par Kroos, l'ancien Marseillais Daniel van Buyten s'est élevé plus haut que tout le monde pour reprendre de la tête. Le gardien des Gunners, Wojciech Szczesny, n'a pu que repousser. Müller, en renard des surfaces, était là pour reprendre de manière acrobatique. A 2-0 après 21 minutes, Arsenal avait déjà la tête sous l'eau.

Celui qui a bien mérité sa douche : Philipp Lahm approche de la trentaine mais il a toujours le jus de ses vingt ans. C'est lui qui a fait la différence au moment où Arsenal était revenu dans le match. Sur un excellent service d'Arjen Robben, entré en jeu à la place d'un Franck Ribéry discret, le capitaine du Bayern a centré fort devant le but. Bacary Sagna, à la lutte avec Mario Mandzukic, n'a pu faire mieux que dévier le ballon, qui a fini sa drôle de trajectoire dans le but (77e)...

Lahm amène le troisième but bavarois :

Wilshere tête basse face au Bayern (930x620)

© REUTERS

Le loser : Eliminé en Coupe de la Ligue puis en Cup le week-end dernier, cinquième du championnat d'Angleterre (à 21 points du leader, Manchester United), Arsenal a sans doute dit également adieu, mardi soir, à ses rêves de remporter la Ligue des champions. Voilà qui risque de ne pas arranger les affaires d'Arsène Wenger, critiqué pour son manque de résultats et au cœur d'une petite polémique outre-Manche sur sa prolongation de contrat. "Nous avons joué contre une équipe qui ne doute pas", a confié le technicien alsacien. "On voit que tous leurs joueurs sont confiants, ce qui n'est pas le cas chez nous, mais les choses peuvent changer rapidement. Il n'y a que les résultats qui peuvent créer cela. La qualité du jeu est là mais nous ne sommes pas récompensés. C'est dans ces moments-là qu'il faut insister pour persuader les joueurs qu'il faut continuer." Avant le match retour, le 13 mars à Munich, Arsenal affrontera Aston Villa (17e), Tottenham (4e) et Everton (6e).

La boulette sauce tandoori : La soirée du Bayern aurait pu être parfaite si les Bavarois n'avaient pas concédé un but casquette. Sur un corner venu de la droite, Manuel Neuer stoppa sa course, les défenseurs centraux ne s'occupèrent pas du ballon et Lukas Podolski n'a plus eu qu'à pousser le cuir d'un coup de tête (55e). Anecdotique.

Jupp Heynckes face à Arsenal (930x620)

© Capture d'écran BeIn Sport

Le geste technique : En dehors d'une vingtaine de minutes en deuxième période, le Bayern Munich a vécu une soirée très tranquille. Le coach des Bavarois, Jupp Heynckes, a ainsi pris tout son temps pour refaire ses lacets. A la fin de la saison, le technicien allemand, 67 ans, cédera sa place à "Pep" Guardiola. Vu le niveau de jeu du Bayern actuellement, il devrait lui laisser un un sacré héritage.

Supporters du Bayern à Arsenal (930x620)

© REUTERS

Le chant : Quand les supporters du Bayern se déplacent, ils ne le font pas à moitié. Ils étaient donc près de 3.000 à avoir investi le quart de virage qui leur était réservé. Ils ont chanté, allumé des fumigènes et éteint les encouragements d'un Emirates Stadium qui a rapidement compris qu'il y avait une, voire deux classes d'écart entre les deux équipes.

La pensée du jour : "Rien n'est perdu." Evidemment, Olivier Giroud, qui a failli égaliser dès son entrée en jeu, à la 72e minute, n'allait pas dire au micro de BeIn Sport qu'Arsenal était déjà éliminé. Et pourtant... Les Gunners vont devoir inscrire au moins trois buts à l'Allianz Arena pour (seulement) espérer se qualifier lors du match retour. Pour information, en 32 matches officiels cette saison, le Bayern n'a encaissé trois buts qu'à une seule reprise, sur la pelouse du BATE Borisov, le 2 octobre dernier. Bon courage aux Gunners, donc.

*Retrouvez la bible d'Europe1.fr en short