Laurent Blanc, Patrice Evra et les "sms"

  • A
  • A
Laurent Blanc, Patrice Evra et les "sms"
@ MAXPPP
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Dans L'Equipe, l'ex-sélectionneur des Bleus revient sur son expérience.

Laurent Blanc, à la tête de l'équipe de France (930x620)

© REUTERS

C'est peu dire que Laurent Blanc s'est fait discret depuis son départ du poste de sélectionneur de l'équipe de France, l'an dernier. La (très) longue interview qu'il a accordée au quotidien L'Equipe n'en est que plus intéressante. Certes, l'ancien technicien de Bordeaux n'abandonne pas la réserve qui caractérise son discours mais il met néanmoins certaines choses au clair, notamment sur son rapport aux joueurs lors du triste Euro 2012 vécu par les Bleus. Ainsi, à la question de savoir si certains joueurs l'ont déçu, il n'hésite pas : "certains m'ont déçu, oui".

Même si Blanc se refuse à livrer des noms, Patrice Evra semble clairement faire partie de ceux-là. L'ancien coach des Bleus paraît avoir conservé une amertume certaine pour le capitaine de Manchester United, qu'il avait rappelé dans le groupe malgré sa responsabilité dans la grève de l'entraînement à Knysna, lors du Mondial sud-africain, et sa suspension de cinq matches qui avait suivi.

"Patrice, j'ai conservé ses SMS"

Samir Nasri, 930

© REUTERS

"Patrice, j'ai conservé ses SMS", souligne Blanc. "Je les lui montrerai quand je le verrai. C'est comme ça, les gens (...) On se rencontrera, on se recroisera et je n'aurai pas besoin d'un micro pour lui expliquer ce que je ressens. C'est facile de parler. (...) Je ne m'en fiche pas car cela relève de l'homme." L'ancien sélectionneur raconte avoir voulu échanger à plusieurs reprises avec son latéral, qui a estimé de son côté que l'Euro lui avait fait "beaucoup de mal", notamment en raison de sa non-titularisation face à l'Espagne en quarts de finale. "Au Bourget, relate Blanc, je l'ai attendu mais monsieur était parti en avion privé pour rejoindre sa femme qui, c'est vrai, attendait un heureux événement."

"Ces joueurs se sont éliminés d'eux-mêmes"

Plutôt qu'un heureux événement, l'équipe de France a eu à eu gérer plusieurs psychodrames lors du dernier Euro, des insultes de Samir Nasri à l'encontre des journalistes à l'attitude de Yann M'Vila lors de sa sortie face à l'Espagne en passant par les colères d'Hatem Ben Arfa, dans le vestiaire, ou de Jérémy Ménez, sur le terrain. "On nous bassine avec cette nouvelle génération", insiste Blanc. "Mais ce n'est pas lié au monde du football. C'est la nouvelle génération tout court." Selon lui, "ces joueurs se sont éliminés d'eux-mêmes car, maintenant, on les connaît. (...) Et vous (les journalistes) ne nous bassinerez plus avec les mecs qui mettent des buts tous les samedis."

Par ailleurs, Blanc évoque son successeur au poste de sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, avec lequel il a été champion du monde en 1998. Visiblement, les anciens coéquipiers n'ont pas gardé des contacts très étroits. "DD" avait expliqué que les deux ne partiraient pas "en vacances ensemble". Blanc confirme : "je ne suis jamais parti en vacances avec lui, donc, de ce côté-là, rien ne change." Enfin, Blanc, toujours sans banc, reconnaît que "le football lui manque". Avec le départ à la retraite de Sir Alex Ferguson du côté de Manchester United, il n'est pas impossible l'on reparle assez vite de lui.