Laurent Blanc met la pression

  • A
  • A
Laurent Blanc met la pression
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - L'entraîneur des Bleus a évoqué son avenir dans un entretien accordé au Parisien.

Et si le "président" partait ? La question se pose de plus en plus. Dans une interview accordée au Parisien, le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc, évoque son avenir et la possibilité de signer dans un club. Il assure qu'il ne sait toujours pas ce qu'il fera "la saison prochaine".

Après sa discorde avec Noël Le Graët, Laurent Blanc n'est toujours pas fixé sur son sort. Le président de la Fédération française de football (FFF) veut se prononcer, mais après l'Euro. Conséquence, l'ancien défenseur des Bleus est aujourd'hui dans le flou.

Une façon de mettre la pression ?

Interrogé sur l'éventualité d'une signature à l'Inter Milan ou à Chelsea, Laurent Blanc a répondu à sa manière : "c'est toujours gratifiant d'être apprécié par des grands clubs. Mon objectif c'est l'Euro. Je suis à fond dans cette compétition. Mais je dis ceci, non pas pour mettre la pression mais parce que je le pense : j'entends souvent dire que c'est le patron qui décide de prolonger ou non un joueur ou un entraîneur en fin de contrat. Je suis d'accord, mais on oublie que le salarié peut décider aussi". Noël Le Graët appréciera...

Il a également affirmé qu'il pourrait signer avant ou pendant l'Euro. "Mon intention est de continuer avec l'équipe de France", ajoute-t-il. "Je n'ai pas changé d'avis. Mais la situation est que je n'ai pas été prolongé en sélection. Et je ne suis pas le style de mec ou d'entraîneur qui tapera à la porte.

Et Deschamps ?

Evoquant la possibilité de voir Didier Deschamps devenir sélectionneur, le champion du monde 1998 explique que l'entraîneur actuel de Marseille est "dans la même approche". "Il a ce métier au plus profond de lui-même et il le fait pour gagner". Et d'ajouter : "comme on conçoit ce métier, c'est très dur de rester longtemps dans un club. Avec notre approche, on n'est pas forcément des bâtisseurs".

>>> Laurent Blanc doit-il rester à la tête des Bleus ?