La "suffisance" du PSG

  • A
  • A
La "suffisance" du PSG
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Carlo Ancelotti a tancé dimanche soir le comportement de ses joueurs à Auxerre.

Le scénario était parfait pour le PSG : Montpellier battu à Lorient (2-1), une ouverture du score rapide sur la pelouse d'Auxerre et la perspective de rejoindre les Héraultais en tête du classement de Ligue 1. Et patatras ! Les joueurs parisiens se sont mis à déjouer et ont été rejoints au score par la lanterne rouge de la Ligue 1 suite à une faute de main de Salvatore Sirigu (87e). Mais, après la rencontre, personne n'a évoqué l'erreur du portier italien ni même la malchance qui a ramené le ballon dans les pieds d'Anthony Le Tallec après avoir heurté le poteau.

Non, à l'issue de ce match nul qui laisse les Parisiens à deux points de Montpellier, un maître-mot dominait : la "suffisance". L'entraîneur du PSG, Carlo Ancelotti, l'a employé à trois reprises au micro d'Europe 1. "Nous n'avons pas fait une bonne performance, nous avons joué avec trop de suffisance", a convenu le technicien italien.

"Trop de suffisance", estime Carlo Ancelotti :

 

Une de L'Equipe du 16 avril

© L'Equipe

Certains des joueurs ont fait leur mea-culpa, à commencer par Jérémy Ménez, interrogé à la sortie du terrain par Canal+. " "C'est un match qu'on aurait dû gagner deux, voire trois à zéro. Encore une fois, on s'est mis en difficulté tous seuls", a regretté l'international français. Promu capitaine en raison de la non-titularisation de Mamadou Sakho, Christophe Jallet a également plaidé coupable. "Nous avons joué trop facile, comme des sénateurs en croyant qu'à 1 à 0, le plus dur était fait alors que nous savions qu'il fallait marquer un second but pour nous mettre à l'abri face à un adversaire qui joue sa peau", a reconnu le latéral parisien. "Ce n'est pas forcément de la suffisance mais nous n'avons pas tout fait pour marquer ce deuxième but alors que nous en avons eu l'occasion."

Et la plus belle des occasions, c'est Nene qui l'a eue, à 1-0 pour le PSG, à la 69e minute de jeu. Parfaitement lancé par Ménez dans la profondeur, le Brésilien a totalement oublié Kévin Gameiro sur sa gauche et tenté un dribble avec roulette devant le gardien d'Auxerre, Olivier Sorin, qui s'est saisi du ballon. C'est cette image que le quotidien L'Equipe a retenue pour illustrer l'"insuffisante suffisance" du PSG, qui devra forcément montrer un autre état d'esprit, dimanche prochain, face à Sochaux, autre équipe en lutte pour le maintien.