La MLS, la ligue qui monte

  • A
  • A
La MLS, la ligue qui monte
@ Victor DECOLONGON/Getty Images/AFP
Partagez sur :

SOCCER - Le championnat nord-américain de football, qui débute ce week-end, célèbre ses 20 ans.

Créée en 1996, sous la pression de la Fifa, après l’obtention de l’organisation de la Coupe du Monde 1994 par les Etats-Unis, la Major League Soccer (MLS) fête sa vingtième édition cette année avec quelques changements. Deux nouvelles franchises, New York City, qui appartient aux mêmes propriétaires que l'équipe anglaise de Manchester City, ainsi qu'Orlando City, première équipe de Floride depuis 2001, font ainsi leur apparition.

Giovinco, Kaka, les nouvelles étoiles. Attirer des grands noms des championnats européens (a plupart du temps en fin de carrière) a toujours été la marque de fabrique de la MLS. Après David Beckham et Thierry Henry, la Ligue mise cette fois-ci sur Steven Gerrard (Los Angeles Galaxy), David Villa (New York City), Frank Lampard (New York City), Kaka (Orlando) mais aussi, et c’est plus surprenant, Sebastian Giovinco (Toronto). Ce dernier est symptomatique du développement de la MLS : il est jeune, international dans une grande sélection, l’Italie, et va toucher un salaire digne d’un cador européen, avec 8,5 millions d’euros par saison.

Carte MLS 3

© Marie GUIDAT/E1

Le Français Ronald Zubar, qui vient de s’engager aux New York Red Bulls, confirme au micro d’Europe 1 l’évolution de la Ligue : "avant, c’était une sorte de pré-retraite avec des joueurs plus ou moins en fin de carrière. Là, c’est différent, il y a plus de moyens, ils font tout pour devenir à moyen terme l’un des meilleurs championnats du monde." D’autres noms comme Rafael van der Vaart, Xavi, Mario Balotelli ou encore Samir Nasri sont régulièrement cités pour rejoindre la MLS.

Des infrastructures à la pointe. En MLS, tout est mis en œuvre pour séduire les joueurs, à commencer par les infrastructures. Sébastien Le Toux, arrivé à Philadelphie il y a deux ans, constate déjà les changements. "On vient de recevoir nos nouveaux terrains d’entraînement", détaille au micro d’Europe 1 le joueur passé par Lorient. "On a surtout un super stade, même si tout n’est pas parfait, c’est de mieux en mieux." Ronald Zubar, qui a connu un grand club français comme Marseille, loue le "professionnalisme de A à Z" de la MLS, où "rien n’est laissé au hasard". Il ajoute : "je n’ai jamais eu un suivi, une attention aussi importante dans ma carrière".

Des droits TV à la hausse. La métamorphose est aussi financière. Lors de ces cinq premières éditions, la MLS accusait un déficit de 250 millions de dollars, soit 227 millions d’euros. En 2012, pour la première fois de son histoire, le championnat américain a réalisé un bénéfice d’exploitation de 34 millions de dollars (31 millions d’euros). Les droits TV profitent de l’embellie : ils ont triplé cette saison en passant de 30 à 90 millions de dollars (de 27 à 82 millions d’euros).

"La MLS, comme toute ligue, arrive à se commercialiser. Ses droits TV  sont plus importants que les droits du Top 14", relève au micro d’Europe 1 Vincent Chaudel, consultant pour le cabinet d’avocats Kurt Salmon. Un bémol toutefois, ce dernier rappelle que ces montants ne sont "pas encore comparables au baseball, sport majeur aux Etats-Unis, où ils sont 10 fois supérieurs". De même, les grandes franchises de MLS génèrent un chiffre d’affaires d’à peine 40 millions de dollars (36 millions d’euros), soit celui d’un modeste club de Ligue 1 en France.

Avec l’arrivée de New York City, dont le stade a une capacité de 50.000 places, et Orlando City (65.000 places), les records d'affluence dans les stades devraient forcément tomber. La MLS met tout en œuvre pour maintenir une bonne affluence globale. L’exemple des Chivas, le deuxième club de Los Angeles, est révélateur. La franchise californienne, qui ne présentait une moyenne que de 7.000 spectateurs, souffrant de l'influence de son puissant voisin, le LA Galaxy, a été éjectée de la Ligue. Mais New York comme Orlando vont devoir d'abord se fabriquer un socle de fans comme l’explique Sébastien Le Toux, français exilé depuis 2006 aux Etats-Unis : "les équipes sont nouvelles. Cela prend du temps de faire un foyer de supporters. Mais une fois qu’ils supportent l’équipe, ils n’hésitent pas à faire des kilomètres."

Tous les indicateurs semblent donc au vert, mais la MLS peut encore progresser.  Pour cela, elle doit compter sur l’émergence "d’une star américaine qui se sera imposée dans une grande équipe européenne et qui reviendra en MLS", selon Vincent Chaudel. Et l’économiste du sport de conclure : "les Américains ont besoin de cette fierté nationale, d’être les numéros 1", quel que soit le sport.

PS : La saison 2015 de MLS sera diffusée sur les antennes d'Eurosport, qui a acquis les droits de retransmission jusqu'en 2018.