L'OM va à vau-l'eau

  • A
  • A
L'OM va à vau-l'eau
@ MAXPPP
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - L'OM a sombré corps et âme contre Nice, mercredi soir, en seizièmes de finale.

34 ans. Cela faisait 34 ans que l'OM n'avait plus subi l'humiliation d'une défaite avec cinq buts concédés. C'était le 24 février 1980, face à Valenciennes (3-6). Mercredi soir, les Phocéens se sont inclinés en seizièmes de finale de la Coupe de France face à une équipe de Nice rajeunie (5-4) à l'issue d'un match rocambolesque qui a mis en avant les carences d'un club en pleine crise de confiance.

Abriel face à l'OM (930x620)

Une équipe déboussolée. Souleymane Diawara en perdition devant Neal Maupay, Benjamin Mendy pris de vitesse par Grégoire Puel, Alayxis Romao naïf dans sa surface de réparation : la défense de l'OM a pris un bouillon terrible mercredi soir, étalant de sérieuses lacunes individuelles. "D'un côté, nous marquons quatre buts. Il y a donc des joueurs qui ont fait le boulot (on pense notamment à Gignac, auteur d'un doublé dont un joli ciseau sur le but du 3-4, ndlr). Mais de l'autre, nous en prenons cinq, ce qui signifie que certains ne l'ont pas fait", a regretté  l'entraîneur de l'OM, José Anigo.  "Il y a eu des défaillances individuelles énormes contre lesquelles je n'ai aucune parade tellement les situations ont été grossières."

Gignac face à Nice (930x620)

Une saison sans titre. Le revers face à Nice intervient pile une semaine après l'élimination en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, à Lyon (2-1). Eliminé de la Ligue des champions et non reversé en Ligue Europa, repoussé à 18 points du PSG en championnat, l'OM ne remportera aucun titre cette saison. "C'est une grosse déception car la Coupe était un objectif majeur", a regretté Mathieu Valbuena au micro d'Eurosport. Cette saison sans titre pourrait être également une saison sans qualification européenne. Pour le moment, l'OM, qui dispose d'un match en retard à jouer le 29 janvier prochain, contre Valenciennes, est cinquième du classement, à cinq points de la 4e place qualificative pour la Ligue Europa. Cette perspective de "saison blanche" pourrait accélérer les envies de départ d'un Mathieu Valbuena voire d'un Steve Mandanda, capitaine abandonné. "Quand vous perdez 5-4 à domicile contre une équipe bis de Nice, en prenant des buts comme des enfants, c'est une véritable honte", a pesté le gardien n°2 de l'équipe de France.

José Anigo, entraîneur de l'OM (930x620)

Un encadrement fragilisé. Cette double élimination en Coupe intervient un mois et demi après le licenciement d'Elie Baup et fragilise forcément un peu la situation de José Anigo, son remplaçant. Depuis sa prise de fonctions, Anigo présente un bilan équilibré de trois victoires, deux nuls et trois défaites, guère plus reluisant que celui de son prédécesseur. Pour le moment, Vincent Labrune n'a pas pris la parole. En tout cas, pas en public. Pour le président de l'OM, il faut aussi penser à l'après et à celui qui s'assiéra sur le banc au mois de juillet prochain, puisqu'Anigo, directeur sportif, est logiquement amené à retrouver ses fonctions.

Un public clairsemé. Depuis le début de la saison, les affluences au Stade Vélodrome sont à la baisse, et les travaux de rénovation n'expliquent pas tout. Mardi soir, pour la réception de Nice, ils n'étaient que 8.240 à remplir la tribune Ganay, signe d'une désaffection grandissante entre l'équipe et ses supporters. Les Ultras ont également fait passer un message, mardi, regrettant le manque de dialogue avec la direction du club. "Une réunion sur les ultras, sans ultra, c'est beau la démocratie", s'est moqué la banderole déployée en tribunes.

Banderole des supporters de l'OM (930x620)

Et maintenant ? L'OM se déplace dimanche sur la pelouse de l'AS Monaco, deuxième de Ligue 1, un adversaire pas forcément idéal pour une équipe en quête de rachat. "Dimanche, on verra la réaction. Si ce sont des hommes ou des enfants", a réagi Anigo. Un bon résultat sur le dauphin du PSG pourrait relancer un club qui aura ensuite trois matches de suite à domicile : Valenciennes le 29, Toulouse le 2 février et Bastia le 8. Mais attention, Nice a prouvé mardi qu'on pouvait marquer au Vélodrome. Voire marquer beaucoup.