L'OM serait-il jaloux du PSG ?

  • A
  • A
L'OM serait-il jaloux du PSG ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Du côté marseillais, on vit la transformation du PSG avec sérénité et dérision.

Argent, transferts pharaoniques, stars à gogo, David Beckham, le PSG fait feu de tout bois depuis l'arrivée, il y a un an et demi, de Qatar Sports Investment comme propriétaire du club. Devenu une machine à acheter des joueurs et à vendre du rêve, le PSG susciterait même "l'envie et la jalousie" d'une bonne partie de la France, selon les termes, mardi, de son directeur sportif, le Brésilien Leonardo. Mais, à Marseille, que le PSG retrouve mercredi en huitièmes de finale de la Coupe de France, trois jours après un premier classique en championnat, le club de la capitale suscite d'abord le... "ricanement".

Tonini : "ils ont perdu la raison"

Supporters de l'OM au Parc (930x620)

© MAXPPP

"Ils ne se souviennent plus que c'est un club de foot", sourit Michel Tonini, président des Yankees, qui était parmi les 400 supporters olympiens à avoir fait (ou plutôt à avoir été autorisés) à faire le déplacement jusqu'au Parc des princes, dimanche soir (photo). "Faire donner le coup d'envoi à un joueur totalement étranger au club (le Brésilien Ronaldo, ndlr) et le faire acclamer, c'est magnifique... Ils ont perdu la raison. On leur aurait mis une poule au milieu du terrain, ils l'auraient applaudie. Si quelqu'un fait ça un jour au Vélodrome, on lui lance des cailloux. (...) A Paris, ils ont l'impression que, en dehors du périphérique, la planète entière a regardé leur spectacle mais, en fait, tout le monde s'en fout."

Certes, Michel Tonini ne nie pas que la nouvelle surface financière du PSG (très vaste) fait naître une certaine jalousie. "Ils participent à une course de trottinettes et ils arrivent avec une MotoGP. Donc, ceux qui courent en trottinette sont forcément jaloux. On aimerait avoir les moyens pour avoir le même genre d'équipe, mais tout le reste, on veut bien le laisser au Qatar Football club, au Paris bling-bling. (...) Nous, la frustration vient du fait que l'on a une héritière de milliardaire, elle-même milliardaire, mais qui se désintéresse de l'OM."

OM : une image de club populaire

Couverture de "L'Equipe Mag" PSG-OM (930x1240)

© L'Equipe Mag

Ce supporter olympien ne comprend pas les dépenses faites par le PSG, qui lui semblent totalement démesurées pour un club du championnat de France, et n'envie en rien le jeu actuel du leader de la Ligue 1. "Après les 90 minutes de dimanche, on s'est dit "tout ça pour ça". Le Paris Saint-Germain ne fait rêver personne." Le sondage publié samedi dans L'Equipe Mag (photo) tend à le prouver. L'OM reste le club préféré des Français quand le PSG est le club le plus cité comme étant "le moins apprécié" par le panel.

Dans la situation qui est aujourd'hui la sienne (budget serré), l'OM fait donc contre mauvaise fortune bon cœur. "L'OM travaille une image de club populaire, de club historique, modeste mais plus humain", explique Yann Terrou, correspondant d'Europe 1 à Marseille. "Les dirigeants mettent en avant cette image face à l'accumulation de stars orchestrée de toutes pièces. Ils disent : "on ne prétend pas jouer dans la même cour mais on a une construction humaine, avec un ancrage populaire qui ne se dément pas. Ils ne se placent pas sur le même terrain en termes de communication et c'est plutôt bien joué."

Depuis l'arrivée de QSI au PSG, les dirigeants phocéens se sont en effet bien gardés de moquer le PSG. On a certes discuté de l'état de forme de Beckham mais rien de bien méchant. L'OM, David contre Goliath, joue sur du velours. Et tant pis si l'ambition de remporter la Ligue des champions est désormais l'apanage du PSG. "S'ils la gagnent un jour, on dira "bravo", finalement la solution, c'était ça, mettre autant d'argent. Mais je n'y crois pas", précise Michel Tonini, qui ne semble pas inquiet pour l'avenir. "Le jour où ils en auront marre, les Qatariens vont partir et le PSG ne sera toujours pas un grand club. Je pense même que le PSG est mort à plus ou moins long terme." Aucune raison, donc, d'être jaloux.