L'élimination de l'OL, un vrai choc

  • A
  • A
L'élimination de l'OL, un vrai choc
@ MAXPPP
Partagez sur :

DÉCEPTION - L’équipe féminine de Lyon a été éliminée en 8es de finale de la C1 par Potsdam (1-2).

L’info. L’OL féminine en Ligue des champions, c’est (déjà) fini. Les coéquipières de Louisa Nécib ont été battues jeudi soir en huitièmes de finale retour par les Allemandes du Turbine Potsdam (1-2). Une défaite surprise pour des Lyonnaises qui régnaient sur l’Europe quatre ans durant.

Les Lyonnaises restaient sur quatre finales. L’équipe féminine n’avait pas habitué son président Jean-Michel Aulas à pareille déconfiture en Coupe d’Europe. Après avoir participé aux quatre dernières finales de la Women’s Champions League pour deux succès en 2011 et 2012 et deux échecs en 2010 et 2013, les Lyonnaises sont tombées de leur piédestal, et ce dès les huitièmes de finale, un première depuis 2007 !

Un coup derrière la tête pour le président Jean-Michel Aulas : "c’est un immense coup de tonnerre." Les Lyonnaises pourront toutefois crier au scandale, le penalty sifflé à l’encontre de la Japonaise Kumagai pour une main peu évidente a complètement changé la physionomie de la rencontre, même si pour certains, l’excuse de l’arbitrage n’est pas suffisante pour expliquer l’élimination.



Un projet remis en cause. Possédant l’un des budgets les plus importants d’Europe, avec environ 7 millions d’euros, l’Olympique Lyonnais voit son objectif prioritaire s’envoler subitement, à savoir la participation à une cinquième finale de Ligue des champions consécutivement. "C'est la première fois en quatre ans de présence que l'on peut évoquer un échec", a déclaré le coach Patrice Lair. De là à remettre en cause le poste du technicien rhodanien, sous contrat jusqu’en juin 2015, il y a un pas que la direction ne semble pas prête à franchir, tant son bilan est exempt de tout reproche. Du moins sur la scène nationale. 

La-Suedoise-Lotta-Schelin-930x620_scalewidth_630

Le championnat pour consolation. Car, heureusement pour les Lyonnaises, il reste le Championnat - elles ont remporté les sept derniers titres - et la Coupe de France - l’OL est double détentrice. Mais Patrice Lair ne s’en cache pas, la Coupe d’Europe était la carotte qui faisait avancer ses filles. "Maintenant, ça va être chaud de se motiver", a-t-il confié un brin désabusé, à L’Equipe. Première de la Division 1 féminine avec trois points d’avance sur le PSG et face à une concurrence pas encore au point, l’OL – 8 victoires en autant de rencontres cette saison – est en tout cas bien parti pour remporter un huitième titre de rang.