L'Algérie a fêté le Brésil aussi

  • A
  • A
L'Algérie a fêté le Brésil aussi
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - L'Algérie, battue par le Burkina Faso à l'aller, a pris sa revanche et s'est qualifiée.

Bougherra, buteur (930x620)

© REUTERS

Il n'y a pas que la France qui a retourné une situation compromise, mardi, pour arracher sa qualification pour la Coupe du monde 2014, au Brésil. Ce fut également le cas un peu plus tôt de l'Algérie. Battus 3-2 au match aller par le Burkina Faso après un match tendu, les Fennecs l'ont emporté 1-0 à Blida, à une cinquantaine de kilomètres d'Alger. Comme au Stade de France, c'est un défenseur central, Madjid Bougherra, né en Côte d'Or, qui a délivré tout un peuple sur un but confus.

Boughera inscrit le seul but de la rencontre :



L'Algérie, qui a ouvert le score peu après la mi-temps, a souffert, et un centre burkinabé a même atterri sur le poteau de Zemmamouche à la 90e minute. Malgré un match cuit à l'étouffée, marqué par quelques contacts virils voire violents - comme ce tacle de Bougherra sur Kaboré en première période -, Vahid Halilhodzic n'a pas boudé son plaisir.

"C'est une grande victoire pour l'équipe, je dédie cette qualification à tout le peuple algérien qui a toujours cru en moi", a souligné le technicien bosnien. "Sur l'ensemble des deux matchs, nous méritons la qualification", a encore estimé l'ancien entraîneur du PSG, qui a ensuite été fêté (bizuté ?) par ses joueurs dans le vestiaire.

Dès le coup de sifflet final, plusieurs quartiers de Paris, dont celui de Barbès, ont également fêté la qualification des Fennecs, la quatrième de leur histoire, la deuxième de rang. Sur les Champs-Elysées, aussi, les drapeaux verts et blancs ont flotté au vent.

Supportrice algérienne sur les Champs (930x620)

© REUTERS


Malheureusement, si la soirée a été relativement calme à Paris - malgré quatorze arrestations pour des jets de projectiles et des violences volontaires -, des incidents ont éclaté avec les forces de l'ordre à Avignon et à Marseille, où quelque 2.000 supporters de la sélection algérienne s'étaient rassemblés sur le Vieux Port.

Une du Quotidien d'Oran (930x1240)

© Quotidien d'Oran

En Algérie, les journaux ont témoigné de la joie immense qui a accompagné cette qualification, arrachée dans la douleur. Pour l'occasion, le Quotidien d'Oran avait publié une Une en couleur et titré "La victoire du drapeau". Comme l'équipe de France, celle d'Algérie a désormais les yeux rivés vers le 6 décembre, date du tirage au sort des groupes de la Coupe du monde. Les Fennecs seront dans le même chapeau que les Bleus, le troisième, et devraient hériter d'un groupe difficile.