L'affaire Zahia n'intéresse que la France

  • A
  • A
L'affaire Zahia n'intéresse que la France
@ REUTERS
Partagez sur :

REVUE DE PRESSE - L'Allemagne et l'Espagne n'accordent pas beaucoup d'importance à l'affaire.

Si l'affaire Zahia fait la Une de l'actualité en France, ce n'est pas vraiment le cas de l'autre côté du Rhin et des Pyrénées. Jusqu'au 26 juin, les footballeurs du Bayern Munich et du Real Madrid, Franck Ribéry et Karim Benzema, seront jugés devant le tribunal correctionnel de Paris pour "sollicitation de prostituée mineure". Des faits graves qui ne sont pas franchement la priorité n°1 en Allemagne et en Espagne, les deux pays où résident les joueurs de l'équipe de France.

La presse allemande amnésique

La plupart des quotidiens allemands ne parlent même pas du procès qui s'ouvre mardi à Paris. Dans les colonnes du Zeit, la dernière fois que l'on a parlé de Ribéry, c'était pour la victoire du Bayern en Ligue des Champions, fin mai. Pas une ligne non plus dans le Süddeutsche Zeitung, pourtant le quotidien de référence dans le sud de l'Allemagne, et donc en Bavière.  L'Augsburger Allgemeine Zeitung, un autre quotidien bavarois, rappelle pour sa part que Frank Ribéry et Karim Benzema risquent jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende, mais "qui ne devrait pas beaucoup intéresser les stars payées une fortune".

Revue-de-presse-Ribéry-Benz

Le journal s'attarde plus longuement sur Zahia, "jeune fille des banlieues, qui habite désormais dans le très chic 16ème arrondissement" de Paris. L'Augsburger Allgemeine Zeitung note encore que toute l'agitation médiatique autour de Zahia a eu quelques effets positifs : elle, ou ses avocats, ont ainsi déposé un certain nombre de noms, comme "Pretty Zahia" ou "Zahiadora".

L'Espagne ne s'attarde pas sur l'affaire

Zahia Dehar

© Reuters

Dans les colonnes du Bild, le tabloïd le plus lu en Allemagne, le directeur sportif du Bayern de Munich, Matthias Sammer, apporte tout son soutien à son meilleur joueur. "Nous nous en préoccupons évidemment, nous ne pouvons pas passer à coté de ce sujet. Nous avons une responsabilité vis-à-vis de notre joueur et nous lui signalerons que nous sommes à ses côtés et qu'il peut compter sur notre meilleur soutien", déclare-t-il.

>>> A LIRE : Que risquent Ribéry et Benzema ?

Pour Ribéry, qui n'assistera pas au procès - vacances aux Baléares obligent -, la page Zahia semble définitivement tournée, constate de son côté l'hebdomadaire Stern. "Ribéry souligne ces derniers temps de manière très récurrente à quel point le bonheur de sa famille est important pour lui. Peut-être parce qu'il craint que ce soit bientôt une image très différente de lui qui soit étalée", estime le journal.

En Espagne, la presse se borne au service minimum. Le quotidien ABC rappelle les propos de l'avocat de Franck Ribéry, Me Carlo Alberto Brusa : "comme Zahia n'est pas partie civile au procès, il n'y a pas de victime". As, le journal sportif madrilène, livre quelques détails très précis à ses lecteurs et rappelle également la position de Karim Benzema dans l'affaire : "L'attaquant du Real conteste toujours la version des faits de Zahia. Il nie même sa présence dans la chambre d'hôtel où se sont déroulés les faits".