J’ai testé l’entraînement du PSG

  • A
  • A
J’ai testé l’entraînement du PSG
@ EUROPE 1
Partagez sur :

REPORTAGE - Europe1.fr a pris la température au Camp des Loges pour l’entraînement des Parisiens.

Rien de tel qu’un mercredi après-midi, le jour des enfants, pour tester la popularité du PSG "nouveau". Sur le parking du Camp des Loges, à Saint-Germain-en-Laye, des grosses cylindrées bien garées et des supporters avec des écharpes rouges et bleues du club. Pas de doute possible, je suis au bon endroit. Il est 14h30 quand les grilles s’ouvrent. Ils sont un peu plus de 200 à avoir fait le déplacement dans cette banlieue chic de la capitale pour apercevoir leurs idoles. Il fait froid, il bruine mais les stars sont bien là, "ça aide à tenir", lance Mathieu, 22 ans, apprenti peintre et inconditionnel du PSG.

Parqués derrière des barrières dans un coin de la pelouse, les supporters peuvent voir les joueurs, mais de loin. Pastore, Nene et les autres s’entraînent sur un terrain situé à une centaine mètres d’eux. Autant avoir de bons yeux pour apprécier les gestes techniques des leaders du championnat. Pour les plus myopes d’entre eux dont je fais partie, il y a toujours l’entraînement des gardiens remplaçants pour se consoler. Mais bon sang, pourquoi j'ai oublié mes jumelles !

Des supporters plus nombreux et plus exigeants

Mathieu habite à Chaumont,  à 90 kilomètres de Troyes. Mais dès qu’il trouve un moment, il fait le déplacement jusqu’au Camp des Loges. "Ça fait quatre ans que je viens et je n’ai jamais vu autant de monde. A la même époque l’année dernière, on n’était pas plus d’une vingtaine". Survêtement à l’effigie du club recouvert de griffes de ses joueurs favoris, Mathieu est ravi de l’arrivée des nouvelles stars. "Je regrette juste le licenciement de Kombouaré. On était premier, ce choix est vraiment bizarre", déplore-t-il tout en nous montrant l’autographe désormais collector de l’ex-entraîneur parisien.

Un peu plus loin, ça discute tactique. Samir, 24 ans, a apprécié la victoire de son équipe, le week-end dernier contre Toulouse (3-1). "Moi, je m’en fiche de tout le bling-bling qu’ont amené les Qataris. Ce que je veux, c’est des titres, le doublé championnat-Coupe de France, ça serait pas mal". Sur la nouvelle artillerie lourde achetée à prix d’or au dernier mercato, tout le monde semble plutôt satisfait. Même Bernard, retraité de 78 ans qui vient régulièrement : "il faut des bons outils pour avoir des bons ouvriers. Là, on a les outils. Les ouvriers ont donc intérêt à être bons". 

"Venez au moins voir les supporters"

L’exigence plus forte est nouvelle, tout comme l‘engouement de certains petits nouveaux. Olivier, cadre qui habite la région parisienne, a fait le déplacement pour la première fois. Pour ses deux enfants, Héloïse et Tristan, mais aussi un peu pour lui, supporter du PSG depuis toujours. "J’aurais rêvé voir cette équipe quand j’étais plus jeune", lâche-t-il, presque un peu dépité d’avoir connu l’époque de Safet Susic et Luis Fernandez. "Depuis cet été et l’arrivée des Qataris, je suis davantage les résultats".

PSG

Une heure et demi plus tard, dernières frappes et dernières parades. L’entraînement se termine et les joueurs rentrent aux vestiaires. En passant plus près des supporters, une voix, ou plutôt un cri se fait entendre :  "venez au moins nous voir, on est venus pour vous". Les joueurs entendent mais ne détournent pas pour autant leur route.

Des autographes et des photos-smartphones

Il est 17h et le moment crucial du supporter approche à grands pas : l’heure des autographes. Il fait de plus en plus froid mais ils sont encore une centaine à attendre Gameiro, Hoarau et les autres joueurs. Première silhouette à rentrer sur le parking, celle de Kévin Gameiro, l’ancien attaquant loirentais. Il s’approche des barrières et vient saluer son public. Les supporters dégainent tous leurs smartphones pour poser à côté de leurs idoles. Evan n’a que 10 ans mais essaie quand même de se frayer un chemin avec son gros ballon orange. Un quart d’heure plus tard, le sourire jusqu’aux oreilles, son ballon est couvert des signatures de Gameiro, Sakho, Ceara et Chantôme. "C’est la première fois que je viens et j’ai réussi à avoir tous ces autographes. Je suis trop content", lâche-t-il avant de repartir en quête d’une nouvelle griffe. De mon côté, j'ai bien tenté de décrocher la signature de Bodmer, avant de me raviser. Le PSG "new look" ne va pas me monter à la tête, je suis quand même supporter du TFC.

Un seul regret pour Evan et les autres supporters du PSG, Javier Pastore est parti plus tôt que ses coéquipiers. "Ce n’est pas grave, on le verra la prochaine fois", lance Mathieu en exhibant sa galerie de photos sur son smartphone.

Des joueurs concentrés à l’entraînement mais quand même disponibles pour leurs supporters. "Le PSG n’a pas vraiment changé", conclut Samir. "La seule chose qui change, c’est qu’ils gagnent beaucoup plus".