Ibrahimovic veut encore "zlataner"

INTERVIEW E1 - Son enfance, sa philosophie, le PSG,... Zlatan Ibrahimovic se livre pour Europe 1.

Arrivé en France il y a six mois, Zlatan Ibrahimovic est devenu un véritable phénomène. Le terme "zlataner" est déjà dans toutes les cours de récréation et ses buts en Ligue 1 tournent en boucle sur les réseaux sociaux. A l'occasion de la sortie française de son autobiographie (Moi Zlatan Ibrahimovic, éditions JC Lattès), Zlatan Ibrahimovic était l'invité exceptionnel d'Europe 1.

>>> A LIRE : Les meilleurs extraits de son livre

Ibrahimovic-Europe-1

"Zlatanner plus". "En six mois, beaucoup de choses me sont arrivées en France", raconte le Suédois au micro d'Europe 1. "Tant que je me concentre sur mon football et que j'obtiens de bons résultats, ça va. Je suis venu ici pour remporter des titres. Je ferais tout pour ça et je suis même prêt à 'zlataner' davantage pour gagner".


Paris, une ville immense.Arrivé en juillet dernier à Paris, Zlatan se plaît déjà dans la capitale. "De toutes les villes où j'ai vécues, Amsterdam, Barcelone, Milan, Paris est plus grand. Et puis il y a le club. Le PSG grandit, on devient meilleurs de jour en jour. Nous devons gagner car c'est le chemin à suivre pour un footballeur. C'est comme ça que je vis depuis 10 ans et pour le moment, j'aime ça". En revanche, Ibrahimovic n'a pas souhaité s'étendre sur l'endroit où il vit. "Je vis à Paris, c'est tout".

>>> A LIRE : Moi, David, dans la peau d'Ibrahimovic

"Je fais ce que je veux". L'attaquant suédois a toujours adopté une philosophie un peu particulière. "Je fais ce que je veux et ce que je pense", affirme-t-il au micro d'Europe 1. "Que ce soit juste ou pas, c'est ma façon de vivre". Zlatan vit pour Zlatan, quitte à commettre quelques impairs. "Quand vous choisissez votre chemin, vous devez faire des erreurs. Personne n'est parfait", renchérit le footballeur, vainqueur de quatre championnats dans quatre pays différents. Et les autres ? "Ce que les gens disent, ce n'est pas important pour moi".

Couverture-Zlatan

"J'ai volé beaucoup de vélos". "Je viens de Rosengård. En suède, on considère que c'est un ghetto. Mais pas pour moi. J'ai grandi là-bas, c'était un paradis. J'avais beaucoup d'amis". Et "Ibra" de concéder quelques bêtises dans sa jeunesse : "j'ai volé beaucoup de vélos. Nous avons aussi volé des voitures". Une pratique qui était devenue monnaie courante dans son quartier. "Mais c'est comme ça qu'on vivait. Nous faisions ces choses pour la montée d'adrénaline et de motivation. C'était ce que nous faisions. C'était cool ! Et puis je devais aller à l'entraînement et je ne voulais pas travailler.  Alors je volais un vélo pour aller à l'entraînement. Mais quand vous volez le vélo de votre entraîneur, là c'était un peu embêtant," se rappelle Zlatan, un brin nostalgique sur son enfance au moment de conclure : "pour nous c'était normal – enfin ce n'était pas normal ! – mais violer la loi, c'était notre façon de s'éclater. Nous étions heureux de le faire".

>>> A LIRE : Les casseroles d'Ibrahimovic, ce loser

"Pas un bad boy". "Je suis normal. Pour les autres qui me voient, ils me pensent 'bad boy'. J'aime ça ! J'aime avoir cette image. Je préfère être comme ça que d'être parfait. Car pour moi, personne n'est pas parfait", assure "Ibra" avec aplomb au micro d'Europe 1.

Ibrahimovic-6

"Materazzi est célèbre grâce à Zidane". A la fin de l'entretien, l'attaquant du PSG est revenu sur le fameux coup de boule de Zinédine Zidane, lors de la Coupe du monde 2006. "Ça peut arriver, moi aussi j’ai fait plein d’erreurs stupides sur le terrain", explique Ibrahimovic. "Le monde entier connaît Zidane. Quand il jouait, c’était le meilleur joueur du monde. Pour le stopper, vous deviez le provoquer. Pendant un moment il a perdu le contrôle et il l’a fait. Je pense que Materazzi doit être heureux car grâce à Zidane il est devenu très célèbre. Et il devrait remercier Zidane, parce qu’il est célèbre grâce à Zidane".