Kiev-Guingamp : pour Gourvennec, "c'est pas passé loin"

  • A
  • A
Kiev-Guingamp : pour Gourvennec, "c'est pas passé loin"
@ AFP
Partagez sur :

LIGUE EUROPA - L'entraîneur de l'En Avant Guingamp est déçu par l'élimination de son équipe par le Dynamo Kiev.

Les irréductibles bretons ont fini par rendre les armes. L'En Avant Guingamp a été éliminé en 16e de finale retour de la Ligue Europa, jeudi soir, après sa défaite contre le Dynamo Kiev (3-1, 1-2 à l'aller). Les Français ont réalisé un superbe parcours, mais la déception est bel et bien présente pour Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur du club. "Je crois que ça ne s'est pas joué à grand chose, mais il nous a manqué quelque chose quand même. On sentait qu'on pouvait revenir à 3-2. C'est pas passé loin. Mais en même temps, on peut avoir des regrets aussi, parce qu'on prend trois buts et c'est trop quand on veut se qualifier".

Le penalty, tournant du match. Jocelyn Gourvennec a également regretté le penalty concédé par ses joueurs. Sur une percée ukrainienne, Angoua a commis une faute évitable dans la surface de réparation, alors que Guingamp venait de marquer le but du 2-1 et se dirigeait vers les prolongations. Résultat : Gusav a transformé le penalty, qualifiant ainsi le Dynamo (74e). "Le pénalty nous a fait mal parce qu'il y avait 2-1 et je pense qu'on pouvait prendre le dessus, mais on refera pas l'histoire. Les joueurs ne sont pas abattus, ils sont déçus comme je le suis. J'aurais préféré qu'on se qualifie, ça aurait été un superbe exploit. J'espère qu'on pourra revenir l'année prochaine", a lâché le coach breton.

"J'ai eu peur pour nos supporters". Le jeune entraîneur a également eu une pensée pour la vingtaine de supporters qui ont effectué le déplacement. Les fans bretons ont dû être évacués par la police, suite à des débordements de fans ukrainiens. La partie a même dû être arrêtée par l'arbitre pendant une dizaine de minutes, avant de reprendre jusqu'à son terme. "J'ai eu peur pour nos supporters, pas pour nous. Pour nos supporters qui n'étaient pas nombreux. J'ai repensé aux supporters de Saint-Étienne qui avaient été agressés quand ils avaient joué Dniepropetrovsk (en décembre, en Ligue Europa, ndlr) ", a expliqué Jocelyn Gourvennec.

>> LIRE AUSSI : Des débordements pendant le match entre Guingamp et Kiev

>> LIRE AUSSI : La belle histoire de Guingamp prend fin

>> LIRE AUSSI : Le périlleux déplacement des supporters de Guingamp à Kiev.