Foot : l'étonnante tournée du Brésil

  • A
  • A
Foot : l'étonnante tournée du Brésil
@ REUTERS
Partagez sur :

Les Brésiliens disputent des matches amicaux étonnants. Le prochain en date : mardi, contre la Zambie.

Oscar face à la Corée du Sud (930x620)

© REUTERS

Des impératifs sportifs. C'est la malédiction des équipes organisatrices d'un Mondial, et à ce titre déjà qualifiées pour la compétition. Pendant deux ans (Coupe des confédérations exceptée), elles en sont réduites à disputer des matches amicaux, sans grand enjeu sportif. Alors, il faut meubler le calendrier. De ce point de vue, le Brésil n'a pas lésiné. Depuis le 6 février 2013, la Seleçao a disputé pas moins de 16 rencontres, dont 11 amicales. Depuis le début de la saison 2013-14, les hommes de Luiz Felipe Scolari en sont déjà à quatre : Suisse, Australie, Portugal et Corée du Sud. Evidemment, le Brésil (ici Oscar) est contraint d'affronter des équipes qui ne disputent pas de matches de qualification à la Coupe du monde (ou qui sont exemptes), ce qui réduit de fait le nombre de possibilités. Avec une grande majorité de joueurs de son équipe-type évoluant en Europe, le Brésil peut être également tenté d'organiser des matches sur le Vieux continent. Ce fut le cas notamment en début d'année avec deux matches à Londres et un à Genève. Mais cela n'explique pas le dernier match disputé en Corée du Sud (2-0), samedi...

Logo de Brésil-Corée du Sud (930x1240)

© DR

Des visées commerciales. La Seleçao est bien plus qu'une équipe de football. C'est une petite entreprise. Pour s'en rendre compte, il suffit d'aller sur la page de la Fédération brésilienne de football (CBF). Vous y verrez les logos des différents partenaires de la CBF et donc, de la sélection. Outre l'équipementier Nike, on y trouve des partenaires locaux - Itau (banque), Vivo (téléphonie mobile), Guarana Antarctica (boisson), Sadia (agroalimentaire), Gol (compagnie aérienne) et Seguros unimed (compagnie d'assurance) - mais aussi quelques mastodontes, comme Nestlé, Volkswagen, Samsung ou Gillette. Le fabricant de rasoirs donne même son nom à l'intégralité de la préparation du Brésil pour la prochaine Coupe du monde, sous le terme de "Gillette Brasil Global Tour 2013"... Samsung, qui ne fait pas partie des cinq principaux partenaires pour cette tournée, n'a pas pour autant été oublié. Le président de la Fédération brésilienne a ainsi profité du match amical disputé par son équipe, samedi, à Séoul, pour se rendre au centre de recherches du célèbre opérateur de téléphonie mobile et poser avec le vice-président de l'entreprise...

Neymar et le doigt (930x620)

© REUTERS

Des bonus marketing. Mais si la Seleçao est allée en Corée du Sud, qu'elle est en Chine pour y affronter la Zambie, mardi (voir l'affiche ci-dessus), et qu'elle sera même à Miami, en novembre, pour y rencontrer le Honduras, ce n'est pas seulement pour faire la promotion de l'équipe. Les stars qui la composent y assurent également leur propre publicité. C'est le cas notamment de Neymar, qui ne jouit pas encore de la même notoriété qu'un Cristiano Ronaldo ou qu'un Messi sur le continent asiatique. Qu'à cela ne tienne, une fois son transfert au Barça acté au printemps dernier, Neymar a signé un contrat avec Doyen Global, l'entreprise qui gère les intérêts d'un certain David Beckham. "Dans un premier temps, notre objectif principal sera de travailler l'image de Neymar en Asie, où nous pensons qu'il y a réel potentiel de croissance", insistait en mai dernier sur bloomberg.com Simon Oliveira, l'un des créateurs de Doyen Global. En août, le Barça de Neymar - équipé en Nike, comme le Brésil - est allé en Thaïlande et en Malaisie. En octobre, la Seleçao va en Corée du Sud et en Chine... Ça tombe bien.

Neymar face au Portugal (930x620)

© REUTERS

Et le football dans tout ça ? Sur ses dix derniers matches, le Brésil en a gagné  neuf. Redescendue à la 22e place au classement Fifa au mois de juin, la sélection de Scolari s'est replacée à une place qui correspond mieux à la réalité, à savoir la 8e, grâce à des victoires sur l'Australie (6-0, comme la France) ou le Portugal (3-1) en septembre. Mais, surtout, lors de la Coupe des confédérations, organisée en juin à domicile, elle a impressionné en dominant successivement l'Italie (4-2), l'Uruguay (2-0) et l'Espagne (3-0). A huit mois de "sa" Coupe du monde, le Brésil peut (donc) légitimement espérer triompher à domicile, après une série de matches amicaux plus ou moins intéressants. Et plus ou moins lucratifs...