Foot féminin : le PSG a peur du vide

  • A
  • A
Foot féminin : le PSG a peur du vide
@ Jeff PACHOUD/AFP
Partagez sur :

CHAISES VIDES - Le club de la capitale reçoit Lyon samedi soir, au Stade Charléty, dans un match primordial dans l’obtention du titre.

12 novembre 2014. Un petit séisme se produit dans le milieu du foot féminin : le Paris Saint-Germain élimine l’ogre lyonnais en huitièmes de finale de la Ligue des champions (1-1, 0-1). Pour la première fois, l’OL, huit titres de suite de champion de France, double vainqueur de la Ligue des champions et deux fois finaliste, vacille. Pourtant, malgré cet exploit, le PSG tarde à attirer les foules.

Le Stade Charléty au trois quarts vide. Au match aller, les Lyonnaises avaient été soutenues par plus de 10.000 spectateurs et spectatrices au Stade de Gerland, antre des garçons. Samedi soir, à Paris, Parisiennes et Rhodaniennes s’affronteront à Charléty – "Le Parc des Princes, c’est le stade des garçons",  dixit l’entraîneur parisien Farid Benstiti - devant... un millier de personnes. En milieu de semaine, seulement 600 billets avaient trouvés preneurs selon Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Benstiti (960x640)

© J.Froment/E1

"On l’avait vu à Lyon, beaucoup de monde était venu voir le match. On espère que certains se décideront à la dernière minute", espère la défenseure du PSG Jessica Houara-D’Hommeaux, au micro d’Europe 1.  "Je sais que c’est compliqué de venir un samedi soir à 21h00, en hiver, à Charléty, mais les garçons (du PSG, ndlr) jouent dans l’après-midi (à 17h00 contre Toulouse, ndlr). J’espère que certains viendront dans la foulée." "Même s’il n’y avait que deux cents personnes, on jouerait pour elles", tente pour sa part de relativiser l’entraîneur parisien Farid Benstiti, qui a connu des stades quasiment pleins quand il coachait l’OL, entre 2001 et 2009.

>> LIRE AUSSI : 2015, l'année du football féminin ?

Quand le club empêche la venue de certains supporters. Le club parisien tente pourtant de réaliser des passerelles entre garçons et filles pour attirer du monde. Très régulièrement, pour un billet d’un match du PSG masculin acheté, une place pour la rencontre des féminines est offerte. Malgré cette offre, malgré des billets à partir de 5 euros, le stade sonne creux. Et quand bien même de courageux supporters veulent venir supporters les Parisiennes, ils sont recalés par... le club lui-même, au motif d’avoir appartenu à des groupes ultras des tribunes Auteuil et Boulogne. Ajoutez à cela un Stade Charléty pas configuré pour accueillir des matches de football à cause de sa piste d’athlétisme et des tribunes ouvertes aux quatre vents et vous vous retrouvez avec des joueuses du PSG "isolées", qui évoluent la plupart du temps devant une poignée d’irréductibles fans et quelques membres de leur famille.

Un stade pour les féminines en projet. "Il manque un vrai stade à la fois pour les équipes de formation du PSG et les féminines, qui appartient au club", martèle Farid Benstiti au micro d'Europe 1. "La municipalité de Paris fait son maximum pour nous avec Charléty, mais il nous faut un stade qui ressemble à un stade de football, avec une capacité humaine, de 10-12.000 places."

Ce stade serait d’ailleurs "en projet" selon les dires de Benstiti. "Vu la belle ville qu’on a, c’est faisable. Et les dirigeants parisiens en sont conscients", précise-t-il. "Le rugby a Jean-Bouin, les garçons ont le Parc, il manque un outil pour les filles. Et vu la place que va prendre le football féminin dans les années à venir, il faut se positionner."

En attendant, le PSG, leader du classement avec 5 points d'avance (mais deux matches en plus) va essayer de se positionner en battant l'OL, idéalement par deux buts d'écart pour reprendre l'avantage à la différence particulière. A l'aller, l'OL s'est en effet imposé 2-1, ce qui constitue à l'heure actuelle la seule défaite du PSG cette saison.

>> LIRE AUSSI : Foot féminin : "seules les meilleures peuvent en vivre"