Finlande-France : un défi par ligne

  • A
  • A
Finlande-France : un défi par ligne
@ MAXPPP
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Face à la Finlande, vendredi, plusieurs joueurs vont passer un test.

L'équipe de France version Didier Deschamps entre dans le grand bain des qualifications à la Coupe du monde, vendredi soir, en Finlande. Entre blessures et volonté d'imposer sa patte, le nouveau technicien des Bleus va proposer un onze inédit, dans lequel Europe1.fr a pioché, ligne par ligne, un joueur ou une association qui aura beaucoup à prouver.

Hugo Lloris dans les buts (930x620)

© MAXPPP

Gardien : Hugo Lloris, le transféré. Il y a une semaine, ce choix aurait paru totalement incongru. Mais voilà, vendredi dernier, Hugo Lloris a été transféré à Tottenham et sa présence dans le but des Bleus, jusqu'ici indiscutable et indiscutée, commence à alimenter les conversations. La raison ? Son nouvel entraîneur outre-Manche, André Villas-Boas, a laissé entendre que le gardien des Bleus pourrait jouer la doublure du gardien américain Brad Friedel. Interrogé sur cette drôle de situation, jeudi, le capitaine des Bleus a dégagé en touche. "Ce n'est ni le lieu, ni le moment d'en parler. Je pense être professionnel et faire la part des choses. Aujourd'hui, je suis uniquement concentré sur les objectifs de l'équipe de France." Lloris peut-il être décontenancé par cette "affaire" ? "Je pense avoir vécu quelques matches pour pouvoir m'aider à gérer cette situation." L'attente autour de Lloris sera néanmoins élevée, vendredi soir. D'autant que Villas-Boas va sans doute jeter un œil...

Mamadou Sakho (930x1240)

© MAXPPP

Défense : Yanga-Mbiwa/Sakho, les jeunes. Adil Rami et Laurent Koscielny en phase de reprise, Deschamps a décidé de miser sur Mapou Yanga-Mbiwa, 23 ans (Montpellier), et Mamadou Sakho, 22 ans (PSG, photo), pour composer sa défense centrale. "C'est un choix difficile, c'est comme ça", s'est justifié "DD". "C'est une question de rythme, de compétition. Je n'aurais peut-être pas eu la même réflexion si je n'avais pas eu cette obligation de résultat. Au haut niveau, la condition physique est importante." Yanga-Mbiwa et Sakho avaient déjà été titulaires ensemble contre l'Uruguay, lors du premier match de Deschamps, le 15 août dernier (0-0). Ils avaient été plutôt bons, mais aucun des deux ne dispose d'expérience internationale. Seul Sakho (6 sélections) a disputé un "match qui compte" avec les Bleus, le 3 juin 2011, en Biélorussie, en éliminatoires de l'Euro (1-1). Néanmoins, les deux ont prouvé depuis plusieurs saisons avec leur club respectif qu'ils avaient les moyens de bien faire.

Rio Mavuba (930x620)

© MAXPPP

Milieu de terrain : Rio Mavuba, le "revenant". La dernière fois que Rio Mavuba avait été titulaire lors d'un match officiel des Bleus, c'était il y a... huit ans. Le tout jeune Bordelais avait été lancé dans le grand bain par Raymond Domenech face à l'Irlande, au Stade de France, en qualifications à la Coupe du monde 2006. Depuis ce match, Mavuba n'a fait qu'une seule réapparition en match officiel, en Géorgie, où il était entré en jeu à une demi-heure de la fin alors que le score était déjà de 3-0... Ce match en Finlande a donc valeur de nouveau test pour le Lillois, qui évoluera dans un milieu qui a fière allure sur le papier avec un autre revenant (mais de blessure), l'athlétique Abou Diaby, et le joueur de Newcastle et ancien Lillois Yohan Cabaye. Boudé par Raymond Domenech puis jamais appelé par Laurent Blanc, Mavuba a une belle carte à jouer.

Jérémy ménez (930x1240)

© MAXPPP

Attaque : Jérémy Ménez, le "suspendu". Il y avait eu Franck Ribéry au Luxembourg en mars 2011, il y aura Jérémy Ménez en Finlande vendredi soir. Suspendu un match pour avoir insulté l'arbitre lors du quart de finale de l'Euro face à l'Espagne, l'attaquant du PSG sera titulaire dès son retour chez les Bleus, sur le côté droit du 4-3-3. Ménez, c'est un jeu, taxé d'individualiste, mais aussi une attitude, jugée désinvolte. Didier Deschamps n'y accorde qu'une importance relative. "Ménez est comme il est. Il a fait des efforts pour qu'on ne puisse pas lui coller cette étiquette de joueur qui fait la tête. C'est important, ce n'est pas ça qui va le rendre meilleur sur le terrain mais pour un footballeur de haut niveau, très médiatisé, il y a l'image et l'attitude. Mais il vaut mieux avoir des joueurs qui sont bons sur le terrain." Bon, Ménez l'avait plutôt été à l'Euro, surtout contre l'Ukraine, où il avait ouvert le score. Lui, donc, avait marqué, à la différence de Karim Benzema, muet lors de l'Euro mais aussi depuis le début de la saison avec le Real. Des trois attaquants des Bleus, c'est peut-être donc bien Ribéry qui aura le moins de pression, vendredi...