Et si le PSG commençait à douter

  • A
  • A
Et si le PSG commençait à douter
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Après sa défaite (2-1) à Nancy, Paris n'a plus son destin en main. 

Cette fois, c'est sûr, il y a comme un début de malaise au PSG. Après une deuxième défaite en dix jours sur le synthétique de Nancy (2-1), les Parisiens n'ont désormais plus leur destin entre leurs pieds. Avec un match en retard contre l'OM (le 11 avril), Montpellier peut prendre ses distances. A huit journées de la fin, Paris tremble au pire des moments. Explications.  

Un bilan inquiétant. Depuis l'arrivée de Carlo Ancelotti, Paris n'est pas aussi magique qu'il n'y paraît. Certes, les Parisiens marquent plus (2,1 buts par match contre 1,6 sous l'ère Kombouaré) mais la défense est beaucoup plus perméable. Avec des nouveaux joueurs comme Maxwell, Alex ou Thiago Motta, pourtant réputés pour leur solidité derrière, le PSG prend plus de buts. Un chiffre illustre parfaitement ce phénomène : Paris est la 16e défense de Ligue 1 depuis que "Carletto" a repris le club. Encore plus inquiétant, Paris n'a pris que onze points lors des huit dernières journées. Pas vraiment un rythme de champion.  

PSG-2

Nene, un problème avec Ancelotti. On l'a vu danser dans le vestiaire parisien sur les chorégraphies du chanteur brésilien, Michel Telo. Mais ça, c'était déjà il y a quelques mois. Pourtant meilleur buteur du club et très régulier depuis le début de la saison, Nene n'était pas titulaire contre Nancy, samedi soir (1-2). Carlo Ancelotti ne s'est pas encore exprimé à ce sujet mais cette éviction ressemble bien à une punition. Le technicien n'aimerait pas l'attitude trop individualiste du Brésilien sur le terrain. Si les causes exactes du désaccord ne sont pas encore connues, une chose est sûre, Nene n'a pas vraiment apprécié. Il a même refusé de s'entraîner avant le match.

Un groupe pas très soudé ? A l'image de cette petite crise de Nene, on sent que le groupe parisien ne vit pas avec la sérénité d'un champion. La semaine dernière, Kévin Gameiro se serait accroché avec Mohaled Sissoko à l'entraînement. Si les Parisiens ont donné l'impression d'un groupe très soudé en arrachant le match nul (4-4) sur la pelouse de Gerland, le 25 février dernier, la donne semble avoir changé.

PSG-3

Des inquiétudes du staff ? Après la première défaite parisienne en championnat depuis le 27 novembre dernier (3-0 contre Marseille, ndlr), le staff n'a pas vraiment eu l'air dépité. "Le foot est parfois cruel", a expliqué "Carletto" à ses joueurs après le revers (2-1), à Nancy. "Vous méritiez de gagner. Moi, je suis content de ce que j'ai vu. Vous avez respecté les consignes et en continuant comme ça, on retrouvera la victoire". Pas de coup de gueule non plus de Leonardo, le directeur sportif du club, qui a souvent mis la pression sur ses joueurs. Pas d'inquiétude et ce à… une semaine du Clasico…

Un Clasico décisif. "Nous avons perdu, nous ne pouvons pas perdre de nouveau. En fin de semaine, nous devons gagner face à Marseille". Le milieu de terrain argentin Pastore est tout sauf un devin. Il est juste réaliste. Avec trois potentiels de retard sur Montpellier (qui doit jouer un match en retard contre l'OM, le 11 avril, ndlr), une nouvelle défaite contre Marseille, dimanche au Parc des Princes, n'hypothèquerait pas définitivement les chances de titre, mais elles compliqueraient très sérieusement…