Des cris de singe contre Gomis

  • A
  • A
Des cris de singe contre Gomis
@ MAXPPP
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Lyon s'est qualifié contre Ajaccio (4-0) dans une ambiance très délétère.

Mardi soir, Lyon s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France, en s'imposant (4-0) sur la pelouse du GFCO Ajaccio. Mais il n'y aura vraiment que ça à retenir de cette soirée. Le reste n'est que mauvais gestes, insultes racistes et jet de banane. Une ambiance électrique et un climat insupportable.

Un tacle par derrière, explications à la mi-temps

Si les Corses avaient les moyens de faire douter les Lyonnais, comme ils ont mis à mal Toulouse et Montpellier aux tours précédents, ils ont préféré montrer un autre profil, beaucoup plus agressif celui-là. Après plusieurs mauvais gestes, Colinet rajoute encore un peu plus de violence avec un tacle par derrière assassin sur Lacazette. Carton rouge largement mérité. La tension monte d'un cran. A la mi-temps, des échafourées éclatent dans les vestiaires et Lisandro est même obligé de calmer son président, Jean-Michel Aulas, très énervé contre les semelles à répétition des ajacciens.

Le résumé du match et l'échauffourée à la mi-temps :

Mais le pire n'est pas encore arrivé. A la 90e minute, Bafétimbi Gomis scelle définitivement la qualification lyonnaise en inscrivant le quatrième et dernier but de la soirée. Enervé contre les joueurs et le public corses, l'attaquant de l'OL manifeste son but en plaçant ses deux mans derrière les oreilles, pour narguer les supporters adverses. "Après mon but, j’ai mis mes mains derrières les oreilles car j’avais entendu des cris de singe pendant le match", a expliqué le joueur à la fin du match.

Jet de banane

Gomis aurait même "reçu une banane" pendant la rencontre. D'habitude très calme, l'attaquant des Gones a regretté sa réaction après le but : "j’ai pensé à mes frères de couleur, alors que j’aurais dû me retenir". De son côté, Jean-Michel Aulas a voulu rendre hommage aux arbitres du match, Saïd Ennjimi et ses assistants. "Ils ont su prendre des décisions, surtout ici où ce n’est pas toujours facile".