Football : Brandao suspendu six mois

  • A
  • A
Football : Brandao suspendu six mois
@ MAXPPP
Partagez sur :

DISCIPLINE - L'attaquant bastiais, auteur d'un coup de tête sur Thiago Motta, a été lourdement sanctionné par la Ligue.

Reverra-t-on Brandao sous le maillot de Bastia ? La question est posée avec la lourde suspension que vient d'écoper l'attaquant, auteur d'un coup de tête sur Thiago Motta le 16 août dans les couloirs du Parc des Princes. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a sanctionné le joueur à six mois de suspension.

>> REVOIR - Brandao assène un coup de tête à Motta

Agression "inexcusable" et "injustifiable". "Ce que la commission a retenu c'est la violence du geste, a déclaré Sébastien Deneux, président de la commission. Ce qui est apparu déterminant c'est qu'il a été commis après-match, 25 minutes après la sortie du joueur, et ne peut être toléré sur un terrain de football, sans compter l'image désastreuse pour le football professionnel que ce geste engendre." Ce dernier a souligné le caractère "inexcusable" et "injustifiable" de l'agression.

Que va faire Bastia ? Le joueur brésilien, déjà suspendu à titre conservatoire depuis le 21 août, ne pourra reprendre la compétition qu'à partir du 22 février. Cette lourde sanction pose désormais la question de l'avenir à Bastia de Brandao, qui s'entraîne à l'écart du groupe professionnel corse. Licenciement, appel ? La balle est maintenant dans le camp du club.

Les deux joueurs entendus. Les auditions de Brandao et de Motta, entendus séparément par la commission de discipline, ont duré environ deux heures. Le milieu italien du PSG, accompagné de Me François Klein, avocat du PSG, est sorti des locaux de la Ligue en voiture, sans faire de commentaire. Brandao n'a fait également aucune déclaration à sa sortie mais son avocat Me Olivier Martin s'est exprimé avant le verdict, expliquant "qu'il n'y avait aucune préméditation dans le geste (de Brandao, ndlr) qui est un réflexe lié au stress et à la frustration dans lesquels il était", avant d'évoquer des insultes "à caractère raciste" de la part de Motta.

Passage par le tribunal correctionnel. Brandao, pour qui le président du PSG Nasser Al-Khelaifi avait réclamé "une suspension à vie", va devoir aussi répondre de ses actes devant le Tribunal correctionnel où il fera face à une possible condamnation à de la prison ou à une amende ainsi qu'une interdiction de stade. A titre de comparaison, le Lensois Gabriel Cichero avait écopé de 10 mois de suspension, dont cinq ferme, pour avoir agressé un dirigeant bastiais en Ligue 2, le 15 octobre 2011, avant d'être condamné par le Tribunal correctionnel de Bastia à cinq mois de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et cinq mois d'interdiction de jouer et d'accès au stade.