Beckham fait réagir les politiques

  • A
  • A
Beckham fait réagir les politiques
@ REUTERS
Partagez sur :

L'arrivée possible de Beckham au PSG suscite indignation ou circonspection chez les politiques.

David Beckham dépasse le simple cadre du sport. S'il fallait une nouvelle raison de s'en convaincre, il suffit de voir les réactions que son arrivée annoncée au PSG suscite dans les rangs des politiques français. Et si le généticien Axel Kahn, futur candidat PS aux législatives à Paris, confie s'en "tamponner" sur France Inter, la plupart joue le jeu de la réponse, s'aventurant sur un terrain qui n'est pas forcément le leur.

Invitée mercredi matin sur Europe 1, la candidate à la présidentielle d'Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly a résumé : "c'est du business, ce n'est pas du sport". "C'est nécessairement un investissement rentable, donc ce n'est pas le sport", considère l'ancienne juge d'instruction, qui souligne également l'"âge et de l'état des genoux" de Beckham. A droite, Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout la République, n'a pas dit pas autre chose, sur France Info : "c'est le foot business. Je pense qu'il est plus appelé à Paris pour sa capacité à vendre des t-shirts que pour jouer au football." Ça, le PSG ne s'en est jamais vraiment caché...

Le salaire de 800.000 euros "choque"

Mais ce qui "choque" d'abord la classe politique française, c'est le salaire promis à Beckham : 800.000 euros brut par mois, une somme jamais atteinte en Ligue 1. "Ca me choque, oui. Un peu, plus qu'un peu !", a déclaré Dupont-Aignan. Le conseiller spécial de François Hollande, Jean-Marc Ayrault, s'est, lui aussi, montré outré sur le plateau d'ITélé. Et l'élu PS en a profité, au passage, pour politiser le débat. ""J'en ai assez de ces salaires énormes. Il n'y a pas que dans le football. Les socialistes avaient déposé une proposition de loi pour instaurer le salaire maximum. On y reviendra". Le cas Beckham bientôt au coeur de l'élection présidentielle ? A suivre...

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, fan annoncé du PSG, n'a pas encore été interrogé sur la question... Pour le moment, seul le secrétaire d'Etat à la consommation, Frédéric Lefebvre, a réagi, apportant un avis plus nuancé sur la question du salaire. "Dans le monde du football, il y a des salaires mirobolants. En même temps, il y a des carrières très courtes", a-t-il réagi sur France Info. "Attendez de voir si David Beckham apporte ou non au club et après, vous pourrez dire si c'était intéressant ou non pour le club de l'embaucher".

Rival annoncé de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle, François Hollande, lui, n'avait pas attendu les rumeurs sur le salaire de Beckham pour estimer qu'il y avait "trop d'argent au PSG". Le candidat PS avait fait cette réflexion, le 18 octobre dernier, après avoir été invité à assister au match de Lyon en Ligue des champions sur la pelouse du Real Madrid. Ce même Real, qui, en 2003, avait embauché Beckham à un salaire mirobolant pour vendre des maillots...