Beckham et Barton ont des points communs

  • A
  • A
Beckham et Barton ont des points communs
@ Montage REUTERS/MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le classique entre le PSG et l'OM, c'est aussi la rencontre entre Beckham et Barton.

"Nous sommes totalement à l'opposé, Beckham et moi." Ça, c'est Joey Barton qui le dit. Et si le milieu de terrain olympien se trompait ? Europe1.fr s'est amusé à lister les points communs entre les deux joueurs. Et, comme vous allez le constater, ils sont assez nombreux.

Joey Barton lors de sa présentation (930x620)

© REUTERS

Anglais de passage en France. Certes, le premier des points communs entre Beckham et Barton est aussi le plus évident : ce sont deux joueurs anglais qui évoluent en France. Mais c'est une rareté. Outre ce très médiatique duo, un seul autre joueur de sa Gracieuse Majesté figure dans les effectifs de Ligue 1 cette saison, après le retour au pays de Joe Cole, prêté à Lille la saison dernière. Il s'agit du jeune milieu de terrain de Lorient, Ryan Mason, âgé de 21 ans, qui n'a pas encore joué une seule minute avec les Merlus. En dehors de quelques exemples illustres (Glen Hoddle à Monaco, Chris Waddle à l'OM), les Anglais traversent rarement la Manche, les débouchés étant bien plus importants en Angleterre, où les quatre premières divisions sont professionnelles et la cinquième semi-professionnelle. Mais si Beckham et Barton ont tous les deux fait le choix de la France, ce n'est pas pour les mêmes raisons. Après son exclusion avec les Queens Park Rangers face à Manchester City lors du dernier match de la saison, en mai 2012, Barton a définitivement été étiqueté "ingérable" voire "indésirable" dans son pays. De son côté, Beckham doit offrir au PSG une visibilité internationale, notamment dans le monde anglo-saxon. Les deux ne seront peut-être plus là la saison prochaine. Barton appartient toujours aux Queens Park Rangers et le contrat de Beckham prend fin en juin prochain.

Une longue expérience des joutes anglaises. Beckham et Barton ont disputé le même nombre de saisons complètes en Premier League : dix. "Becks" a disputé l'intégralité de ses saisons avec son club formateur de Manchester United tandis que Barton est passé par trois clubs : Manchester City, Newcastle et les Queens Park Rangers. Ils ont également comme point commun de s'être frotté aux divisions inférieures. A 19 ans, Beckham a été prêté pendant deux mois à Preton North End, en troisième division. Barton, lui, a joué une saison complète en deuxième division avec Newcastle, en 2009-10.

Beckham face à Houston (930x620)

© REUTERS

Même poste sur la pelouse... Si, avec les Red Devils, Beckham a débuté sa carrière au poste d'ailier droit, au fur et à mesure de sa carrière, il a joué plus bas sur le terrain, dans un poste de milieu relayeur, notamment lors de son passage au Real Madrid. Ce fut le cas également lors de ses années californiennes, au Los Angeles Galaxy. Au PSG, Beckham, qui approche les 38 ans, ne mangera pas la ligne de touche. Il sera sans doute aligné (quand il le sera) au milieu du terrain dans un 4-4-2, à l'un des deux postes de milieu défensif. Soit celui qu'occupe actuellement Barton à l'OM, avec plus ou moins de réussite. Car en rejoignant le Sud de la France, Barton a semble-t-il perdu de son agressivité et se signale davantage par sa vision du jeu. Et par ses tweets, aussi, oui.

... Et (presque) le même pied droit. Dans la célèbre comédie Love actually, le personnage de Hugh Grant présente le pied droit de Beckham comme l'une des grandeurs de l'Angleterre. Sans aller jusque dire que celui de Barton en est une également, le milieu de terrain de l'OM est lui aussi capable de briller sur coups de pied arrêtés. En avril 2010, de retour de suspension (sic), il avait marqué un joli coup franc enveloppé contre Peterborough. Et son seul but cette saison avec l'OM est quand même un corner direct, en Ligue Europa...

Barton inscrit un corner direct contre Mönchengladbach :







Beckham exclu face à l'Argentine (930x620)

© REUTERS

Des cartons rouges passés à la postérité. Plus que ses qualités de footballeur, ce sont ses qualités de "faucheuse" qui ont fait la renommée de Barton. Sont-elles usurpées ? Un peu, si l'on s'en tient aux statistiques concernant les seuls cartons rouges. En effet, lors de ses dix années passées en Angleterre, Barton n'a récolté "que" six cartons rouges, ainsi que 68 jaunes. Depuis son arrivé en France, le "bad boy" anglais a été (sévèrement) exclu une fois et a reçu par ailleurs six cartons jaunes en 19 matches. A titre de comparaison, en quatre saisons au poste de milieu relayeur au Real, Beckham a reçu 41 cartons jaunes et 4 rouges, des statistiques comparables à celles de Barton. Le souci de Barton, c'est que l'on se souvient très bien de ses cartons rouges, en raison de leur nature spectaculaire (comme ce tacle virulent sur Xabi Alonso en 2009). Ceux de Beckham, aussi, restent dans les mémoires. En huitièmes de finale de la Coupe du monde 1998 (photo), Beckham avait été exclu après avoir asséné un (léger) coup de pied renversé à Diego Simeone. A l'arrivée, l'Angleterre s'était inclinée aux tirs au but et Beckham avait été érigé en bouc émissaire par la presse populaire britannique. Sept ans plus tard, en octobre 2005, face à l'Autriche, Beckham, 115 sélections au compteur, était devenu le premier capitaine de l'équipe d'Angleterre à être exclu et le premier international anglais à être exclu deux fois avec le maillot aux Trois Lions. Aux Etats-Unis aussi, Beckham a vu plusieurs fois rouge. Sur le terrain, le "bad boy" n'est donc pas toujours celui qu'on croit...

Beckham est exclu face à Seattle en août 2009 :

Barton à la Commanderie (930x620)

© MAXPPP

Un look tendance très british. Visage (et corps) de bon nombre de marques de vêtements et d'enseignes prestigieuses (Marks & Spencer, Emporio Armani, etc.), David Beckham a depuis longtemps dépassé le simple cadre du footballeur en short et chaussettes pour devenir une icône de la mode et de papier glacé. Les activités de sa femme, Victoria, désormais styliste à part entière, ne sont pas étrangères à ce statut. Alors certes, Barton n'a ni contrats ni femme people. Mais le milieu de terrain olympien cultive lui aussi un style très britannique. Sa mèche soigneusement coiffée n'a rien à envier à celle de Beckham et il tient toujours à son look, comme le montre le fond d'écran de sa messagerie Twitter. Mais si Beckham incarne plutôt un style anglais chic, Barton serait plutôt l'anglais choc. On l'imagine ainsi très bien se balader sur la Canebière avec un polo Fred Perry. Anglais jusqu'au bout des crampons, Beckham et Barton ont également un goût prononcé pour la pop. Beckham est allé jusqu'à épouser une Spice Girl. Barton, lui, loue son goût pour les Smiths. Moins variété et plus rock. Mais toujours très anglais.