Bastia au stade de l'exaspération

  • A
  • A
Bastia au stade de l'exaspération
Jusqu'à nouvel ordre, le Sporting club de Bastia ne peut plus joueur dans son stade de Furiani.@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le Sporting digère mal la sanction de la LFP, qui a suspendu Furiani à titre provisoire.

Fumigènes à Bastia lors du huis clos (930x620)

© MAXPPP

Bastia contre LFP, le combat continue. Jeudi soir, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a suspendu à titre provisoire le stade Armand-Cesari de Furiani. Cette décision a été prise au lendemain d'un match, Bastia-OM, pourtant disputé à huis clos ! Mais, à l'invitation des dirigeants corses, plusieurs milliers de supporters du Sporting s'étaient rassemblés sur le parking derrière la tribune Sud pour encourager leurs joueurs. Mais les dérapages se sont multipliés...

La commission a ainsi relevé de "très graves incidents à l'arrivée et à la sortie du stade du bus de l'OM", avec la blessure à une jambe d'un délégué de la LFP. Elle a en outre évoqué "un arsenal impressionnant d'engins pyrotechniques instaurant manifestement un climat d'insécurité autour du stade". Avant le match, plusieurs fumigènes ont été allumés tandis que la rencontre, remportée par l'OM (2-1), a été rythmée par l'explosion de plusieurs dizaines de bombes agricoles.

"On veut tout simplement détruire le Sporting"

Pierre-Marie Géronimi (930x620)

© MAXPPP

La commission de la LFP a donc décidé de sévir, en suspendant le stade jusqu’à nouvel ordre, ce qui n'est évidemment pas du goût du président du SCB, Pierre-Marie Geronimi (photo). "Il est difficile d'avoir une réaction ce soir (jeudi soir) tellement cette décision de la commission de discipline nous stupéfie et nous laisse sans voix", a-t-il commenté. "On veut tout simplement détruire le Sporting, tout particulièrement la commission de discipline de la LFP et son président (Pascal Garibian ndlr). Ce monsieur veut détruire le club pierre après pierre. C'est scandaleux ! Le Sporting ne se laissera pas faire. Dès demain (vendredi), nous ferons appel de cette décision, nous saisirons le CNOSF (Comité olympique français ndlr) et nous irons devant toutes les juridictions possibles." Bastia, qui disputera son prochain match à Montpellier, samedi soir, doit encore recevoir Nancy avant la trêve, le 22 décembre. "Il est hors de question de ne pas jouer face à Nancy le 22 décembre dans notre stade pour ce qui sera un match capital pour le maintien", a insisté Geronimi.

Le directeur sportif en grève de la faim

Les dirigeants corses prennent tellement la chose à cœur que l'un des leurs, l'emblématique directeur sportif Jo Bonavita, âgé de 73 ans, a décidé d'engager vendredi une grève de la faim en signe de protestation. Il s'est dit "outré" par les sanctions disciplinaires prises à l'encontre du Sporting et dénonce une justice à "deux vitesses". Le milieu de terrain bastiais, l'ancien Parisien Jérôme Rothen, a apporté son soutien à ses dirigeants. "On a l'impression que le Sporting dérange en Ligue 1", a-t-il déclaré en conférence de presse. "Le club et les joueurs ne se laisseront pas abattre et nous dérangerons encore longtemps."

Bastia-Lille incidents (930x620)

© MAXPPP

Problème pour le club corse, le dossier de la commission de discipline à son encontre est assez épais. Outre les incidents de mercredi soir, Furiani avait déjà été témoin d'affrontements entre supporters corses et policiers en marge de Bastia-PSG (0-4), le 22 septembre, puis de jets de projectiles lors des réceptions de Valenciennes en championnat (2-3) le 10 novembre, puis de Lille en Coupe de la Ligue (2-3), le 28 novembre (photo). Puis il y a eu ces débordements lors du derby Ajaccio-Bastia, qui avait conduit la commission à prononcer le huis clos face à Marseille. Ironie de l'histoire, cette sanction de la LFP intervient quelques jours seulement après l'adoption, le 4 décembre, d'une charte de bonne conduite par le staff technique, la direction, les joueurs et les supporters du SCB...