Ballon d'Or : Ribéry va-t-il s'en remettre ?

  • A
  • A
Ballon d'Or : Ribéry va-t-il s'en remettre ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

DECEPTION - Le Français a refusé de s'exprimer, lundi soir, à l'issue de la cérémonie.

Ronaldo face à Ribéry (930x620)

© REUTERS

Il ne voyait pas comment le Ballon d'Or pouvait lui échapper. Interrogé par L'Equipe 21, quelques jours seulement avant l'annonce du résultat, lundi à Zurich, Franck Ribéry déclarait à propos de la plus prestigieuse récompense individuelle dans le monde du football : "pour moi, je me dis que c'est mon année. Après, certes, tout le monde sait que Messi, c'est le plus fort du monde. Ronaldo, c'est un autre style de jeu. Il n'a gagné aucun trophée, il n'a marqué que des buts (69 en 2013, ndlr). Mais moi aussi, j'ai marqué des buts (23). J'ai été présent du début jusqu'à la fin de l'année, avec l'équipe de France aussi. J'ai été décisif, j'ai gagné pas mal de trophées, y compris individuellement."

Non, non, c'est pas possible, personne ne pouvait venir lui voler "son" Ballon d'Or, pour lequel une place avait déjà été réservée sur la cheminée. Et pourtant... Ribéry n'a terminé que 3e du vote (23,36% des votes), derrière Ronaldo(27,99%), mais aussi Messi (24,72%).

Classé premier par les journalistes

Sans grande surprise, le Français a refusé de réagir à chaud au deuxième Ballon d'Or de Ronaldo. Tout juste a-t-on pu deviner un rire jaune sur son visage au moment où Pelé a annoncé le nom du vainqueur, lundi soir, à Zurich. Sans doute que les heures qui viennent vont permettre à Ribéry d'apprécier à sa juste valeur sa troisième place, saluée par le Bayern Munich, avec lequel il avait étrillé le Barça de Messi, au printemps 2013, en demi-finales de la Ligue des champions.



Franck Ribéry remporte la Ligue des champions, 930

© REUTERS

Vainqueur de la Ligue des champions, du championnat d'Allemagne, de la Coupe d'Allemagne, de la Supercoupe d'Europe, mais aussi du Mondial des clubs en fin d'année (après la clôture des votes) et qualifié pour le Mondial avec la France, Ribéry repart donc bredouille, victime sans doute de l'abondance des talents au Bayern mais également du système de vote. En effet, le collège des journalistes, qui était le seul qui votait jusqu'en 2010, année où le trophée a fusionné avec le prix de meilleur joueur du monde de la Fifa, a placé le Français largement en tête, avec 80 premières places, devant Ronaldo (48) et Messi (30).

Messi, Ribéry et Platini (930x620)

© REUTERS

Depuis le changement de formule et l'arrivée des joueurs et entraîneurs dans le processus de vote, le palmarès sur l'année écoulée entre moins en ligne de compte, ce dont s'est désolé d'ailleurs Michel Platini, président de l'UEFA, dont l'instance avait récompensé Ribéry au mois de septembre dernier, devant Messi et Ronaldo (photo). La même polémique avait éclaté après le Ballon d'Or 2010. Wesley Sneijder, grand artisan du triplé de l'Inter Milan et classé premier chez les journalistes, mais aussi les Espagnols Xavi et surtout Andres Iniesta, champions du monde avec la Roja, avaient vu le titre leur échapper au profit de Lionel Messi.

Le report de date ressort...

Le règlement a changé. Soit. Mais cette année, Ribéry doit avaler une autre couleuvre. En effet, en novembre dernier, la Fifa avait décidé de repousser le vote de deux semaines, permettant ainsi aux barrages de la Coupe du monde d'entrer en ligne de compte. Certes, la Fifa l'a annoncé avant les deux matches. Certes, Ribéry avait l'occasion de briller autant que Ronaldo, qui avait inscrit quatre buts en deux matches avec le Portugal. Mais la prise en compte de ces deux matches a sans doute changé la donne, même si la Fifa a insisté sur le fait que Ronaldo était déjà en tête à la mi-novembre. Mais ce que l'instance internationale ne dit pas, c'est que ceux qui ont voté ensuite ont été plus enclins à voter Ronaldo que Ribéry après la démonstration du Portugais face à la Suède... Le Français s'en était ému et avait déclaré : "c'est la première fois que ça arrive, c'est une honte et ça me désavantage".

Des joueurs, comme Djibril Cissé, ou encore la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, ont apporté leur soutien à Ribéry, qui ne devrait pas en manquer dans les heures qui viennent. Mais c'est sans doute sur le terrain que le Français a les meilleurs moyens de répondre. Le Bayern, qui domine la Bundesliga, est également favori à sa propre succession en Ligue des champions. Mais surtout, "Kaizer Franck" sera le leader de l'équipe de France au Brésil. Et s'il ne devait retenir qu'une statistique de la soirée, ce serait celle-là : aucun Ballon d'Or n'a réussi à être champion du monde l'année suivant son trophée. Pour les Bleus et "Francky", tous les espoirs sont donc (toujours) permis.

sur le même sujet, sujet,

RECIT - Cristiano Ronaldo remporte le Ballon d'Or

REACTION - Les réserves de Platini

VIDEO - Ibrahimovic, auteur du plus beau but 2013

PHOTO - Ballon d'Or : les larmes de Pelé