Aulas-Ruffier, un clash interminable

  • A
  • A
Aulas-Ruffier, un clash interminable
@ MAXPPP
Partagez sur :

DERBY HOULEUX - Stéphane Ruffier se défend d'avoir frappé Jean-Michel Aulas, après Saint-Etienne-Lyon.

L'info. Après la victoire de l'Olympique lyonnais (2-1) dans le derby face à Saint-Etienne dimanche soir, le retour aux vestiaires a été très houleux. Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, a accusé le gardien des Verts, Stéphane Ruffier, de l'avoir frappé violemment dans le dos". "Faux", rétorque l'intéressé qui réplique mardi dans les colonnes du Parisien : "Monsieur Aulas est un grand menteur".

Aulas à Saint-Etienne (930x620)

© MAXPPP

Que s'est-il vraiment passé ? Dans les couloirs de Geoffroy-Guichard, les esprits s’échauffent rapidement après le coup de sifflet final. L'entraîneur des gardiens de but des Verts, Fabrice Grange, est particulièrement remonté contre Emmanuel Orhant, le médecin de l'OL, très démonstratif, voire un brin chambreur après le succès de son équipe. C'est à ce moment-là que Stéphane Ruffier regagne les vestiaires et que la dispute avec Jean-Michel Aulas aurait éclaté.

Aulas persiste. "J'ai tenté de retenir Fabrice Grange qui voulait frapper notre médecin", explique le patron de l'OL dans le Parisien mardi. Ruffier est arrivé et m'a projeté dans le mur. Je peux attester qu'il a une puissance musculaire incroyable. On ne boxe pas dans la même catégorie. Je me suis fait mal au dos et je l'ai fait constater". Loin de désamorcer cette polémique, Jean-Michel Aulas prolonge l'ambiance électrique de ce 107e derby.

Les-Lyonnais-face-a-Saint-Etienne-930x620_scalewidth_630

© REUTERS

Le médecin de l'OL se désolidarise. Cette histoire est partie "de moi", confie Emmanuel Orhant, le médecin de l'OL. "Ça fait onze ans que je suis dans le foot et onze ans que je gagne à Saint-Etienne. J'ai eu le tort de le faire remarquer. Je m'en suis excusé immédiatement. J'ai voulu m'expliquer avec Fabrice Grange. Ensuite, il y avait de l'adrénaline, mais au final, tout le monde calmait tout le monde". Et de prendre ses distances avec les affirmations de son président : "Le président déclare ce qu'il veut, mais je n'ai pas été agressé et il n'y a pas eu d'échange de coups". Entre la "violence" décrite par Aulas et un surplus d'adrénaline dépeint par son médecin, c'est déjà le grand écart. 

Ruffier contre-attaque. Troisième et dernière version dans cette histoire, celle de Stéphane Ruffier. "Il y avait une altercation dans laquelle je n'étais pas impliqué. Mon entraîneur des gardiens, Fabrice Grange, était entouré de pas mal de gens qui le poussaient. Jean-Michel Aulas est arrivé, je ne sais pas pourquoi", explique le portier des Verts dans le Parisien. "Je n’ai fait que le repousser. Il dit que je l’ai frappé dans le dos, c’est scandaleux ! Si je l’avais fait, il n’aurait pas pu faire une interview avec Canal+ trois minutes plus tard… Je n’attaque pas les gens dans le dos, et d’ailleurs je n’attaque personne, ce n’est pas mon éducation". Et de conclure : "Monsieur Aulas est un grand menteur".

Ce qui va suivre. L'OL a lourdement insisté pour que les éléments de cette altercation soient ajoutés au rapport de l'arbitre délégué. Les couloirs de Geoffroy-Guichard sont équipés de caméras de vidéosurveillance. C'est donc la technique qui pourrait donner la conclusion de cette triste "chamaillerie".

sur le même sujet

LE MATCH - Et à la fin, c'est l'OL qui gagne

RIVALITÉ - Pourquoi les supporters de l'OL ont été privés de derby