Antonetti, Nice et "les tricheurs"

  • A
  • A
Antonetti, Nice et "les tricheurs"
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - L'entraîneur de Rennes s'est emporté contre l'arbitrage, mardi. L'OGC Nice a réagi.

Frédéric Antonetti (930x620)

© MAXPPP

"Les tricheurs ont gagné." C'est par ce jugement sans appel que l'entraîneur du Stade Rennais, Frédéric Antonetti, a entamé sa conférence de presse, mardi soir, au Stade du Ray, où son équipe venait de s'incliner face à Nice 1-0. "Ce soir (mardi soir), les tricheurs ont gagné et cela me révolte. Gagner comme ça ne m'intéresse pas", a-t-il tranché. "Comme ça", c'est sur un penalty transformé par Dario Cvitanich à la 66e minute de jeu après une légère poussette de Yassine Jebbour sur Eric Bauthéac, coupable selon Antonetti d'avoir effectué "un saut de l'ange".

Rennes s'incline sur un penalty contestable :

Ce discours n'a pas du tout été apprécié du côté niçois. "Ce n'est pas la première fois que l'entraîneur rennais se rend coupable de propos déplacés et dénués de sens à l'issue d'un match. Propos bien souvent destinés à marquer l'insuffisance de sa propre équipe ou de son propre management", écrit l'OGCN dans un communiqué assez salé. "Nous encourageons donc vivement monsieur Antonetti à plus de mesure et à se concentrer sur son métier." L'ironie de l'histoire est qu'Antonetti a été l'entraîneur des Aiglons pendant cinq saisons, de 2004 à 2009.

A 9 contre 11 pendant une demi-heure

Le bouillant technicien corse avait également remis en cause mardi soir l'exclusion de Jean-Armel Kana-Biyik, survenue une dizaine de minutes avant le penalty. "J'ai regardé les images dans le car de régie avant d'aller en parler à l'arbitre de la rencontre M. Rainville. Le premier carton jaune n'y est pas, c'est de la tricherie (de Cvitanich, qui a provoqué les deux fautes, ndlr). Le deuxième, peut-être. Mais cela ne fait donc pas d'expulsion." Réduit à neuf dès la 64e minute de jeu, comme au Parc des Princes le mois dernier, Rennes n'a pas réussi l'exploit de s'imposer comme il l'avait fait face au PSG (2-1). Avec sept exclusions en 17 matches, l'équipe bretonne est celle qui a reçu le plus de cartons rouges depuis le début de la saison.