Affaire Monaco : la LFP tape du poing

  • A
  • A
Affaire Monaco : la LFP tape du poing
"Ceux qui contestent la décision sont libres d’engager un recours devant le Conseil d’Etat".@ MAXPPP
Partagez sur :

IRRÉVOCABLE. Le président de la LFP Frédéric Thiriez a confirmé qu’il ne reviendrait pas sur l’accord passé avec Monaco.

L'INFO. C’est ce qu’on appelle mettre les points sur les "i". Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) Frédéric Thiriez a affirmé vendredi soir, dans un communiqué, que l’accord passé entre la Ligue et l’AS Monaco était "définitif et irrévocable", malgré l’apparition de dissidences à ce sujet. 

"La décision engage l’institution". Frédéric Thiriez, secoué dans la presse sportive cette semaine a rappelé que cette décision "engage l’institution" LFP et que "ceux qui la contestent [sont] libres d’engager, comme ils l’ont fait, un recours devant le Conseil d’Etat", ajoutant : " je suis parfaitement serein devant la légalité et la légitimité de la décision prise dans l’intérêt supérieur du football français."

Une lettre de contestation. Plusieurs clubs ont en effet montré leur mécontentement, comme l’a révélé un article du magazine Le Point. Une lettre de contestation  - rédigée et signée par les présidents de Marseille, Paris, Bordeaux, Lille ou encore Lorient - avait été envoyée à la Ligue pour dénoncer cet accord, qui engage l’AS Monaco à verser 50 millions en deux ans, pour maintenir son siège social en Principauté.

Nouvelle bronca en vue ? Une nouvelle levée de boucliers pourrait être attendue dans les jours à venir, les principaux récalcitrants estimant que la somme réclamée à l’ASM n’est pas suffisante, compte tenu de ses avantages fiscaux. Pour rappel, grâce à une convention fiscale signée avec la France en 1963, les joueurs étrangers du club du Rocher ne paient pas d’impôts sur le revenu…

sur le même sujet, sujet,

Sept clubs remettent en cause  l’accord LFP Monaco