Football - Zidane : "J'ai quelque chose d'espagnol en moi"

  • A
  • A
Football - Zidane : "J'ai quelque chose d'espagnol en moi"
@ JAVIER SORIANO / AFP
Partagez sur :

Le Real (3e, 84 pts) doit espérer des faux-pas du FC Barcelone (1er, 85 pts) et de l'Atletico Madrid (2e, 85 pts) pour rêver du 33e titre de champion d'Espagne de son histoire.

Le Real Madrid, troisième du Championnat d'Espagne, n'aborde pas en position de force la 37e et avant-dernière journée dimanche mais son entraîneur Zinédine Zidane a assuré samedi qu'il croirait au titre "jusqu'à la dernière seconde du dernier match". Le Real (3e, 84 pts) doit espérer des faux-pas du FC Barcelone (1er, 85 pts) et de l'Atletico Madrid (2e, 85 pts) pour rêver du 33e titre de champion d'Espagne de son histoire. "Il nous reste deux matches et ce sont deux finales", a commenté le technicien français en conférence de presse à la veille de la réception de Valence (15h00 GMT).

"On y croira jusqu'au bout". "On est toujours dans les clous et c'est ce qu'il faut se mettre en tête. Le message aux joueurs, c'est que tant qu'il y aura des minutes (à jouer), on y croira jusqu'au bout. Moi j'y croirai jusqu'à la dernière seconde du dernier match", a lancé Zidane. Conforté dans ses fonctions mercredi avec une qualification pour la finale de la Ligue des champions le 28 mai, le Français a refusé de se prononcer sur son avenir sur le banc merengue, renvoyant cette question à plus tard. "Nous n'avons rien gagné pour le moment", a-t-il rappelé. "Nous verrons cela à la fin de la saison", a ajouté le technicien, sous contrat jusqu'en 2018, qui s'est dit très à l'aise en Espagne.

"Je ne veux pas faire taire les sceptiques". "Je vis ici depuis longtemps, même si on ne dirait pas parce que mon espagnol est affreux", a plaisanté l'ancien meneur de jeu du Real (2001-2006). "Mais j'ai quelque chose d'espagnol en moi. J'ai une relation très spéciale avec les Espagnols." Au passage, Zidane a déclaré n'avoir pas été affecté par les doutes qui ont accompagné sa nomination début janvier, notamment concernant son manque d'expérience comme entraîneur. "Je ne veux pas faire taire les sceptiques, je dis juste que j'ai toujours été un compétiteur", a-t-il lancé. "Mes parents m'ont toujours dit qu'il fallait se battre pour avoir les choses. C'est ce que je fais. Je suis heureux de ce que je fais et ça n'a pas de prix."