Euro des moins de 19 ans : les Bleuets sur les traces de la génération Griezmann ?

  • A
  • A
Euro des moins de 19 ans : les Bleuets sur les traces de la génération Griezmann ?
Kylian Mbappé, meilleur buteur de l'Euro avec Jean-Kevin Augustin (5 buts).@ Capture d'écran
Partagez sur :

L'équipe de France des moins de 19 ans affronte l'Italie en finale de l'Euro 2016, dimanche. Ambitieuse, cette équipe pourrait suivre le glorieux destin de la génération Griezmann (1991), victorieuse de l'Euro 2010. 

D'un côté Griezmann, Lacazette ou Coquelin. De l'autre, Mbappé, Augustin ou Tousart. Toujours talentueuse, l'équipe de France des moins de 19 ans a souvent brillé : comme en 2010 lors de sa victoire en finale de l'Euro contre l'Espagne (2-1). À l'époque, un certain Antoine Griezmann avait mené les Bleuets vers le sacre. Dimanche, face à l'Italie, les jeunes pousses françaises auront l'occasion de marcher sur les traces de leurs aînés. 

Un collectif et deux stars. Après la victoire étincelante contre les Pays-Bas (5-1) en quarts de finale de l'Euro lundi, Ludovic Batelli le sélectionneur des Bleuets avait parfaitement décrit son équipe : "On a deux attaquants extrêmement talentueux, mais surtout un énorme collectif avec un projet de jeu qui donne aux attaquants la possibilité de briller". Les deux attaquants dont le sélectionneur parle, ne sont autres que Kylian Mbappé et Jean-Kevin Augustin, auteurs de cinq buts chacun lors de cet Euro. Le Monégasque Mbappé et le Parisien Augustin trustent donc seuls le classement des meilleurs buteurs de cet Euro.

Une équipe "made in" Ligue 1. Là où l'équipe de Ludovic Batelli trouve sa force, c'est aussi dans la proximité de ses joueurs. Ils sont tous issus de la formation française et jouent aujourd'hui dans douze équipes hexagonales. Une formation qualitative donc, qui souligne la différence avec la génération victorieuse lors de l'Euro 2010, où quatre joueurs sur vingt-trois (les quatre étaient titulaires lors de la finale contre l'Espagne), sortaient de la formation étrangère et jouaient pour une équipe hors de France en 2010.

"Emballé par cette génération".  Lorsque le président de la Fédération Française de Football (FFF), Noël Le Graët, prononce ces mots après la qualification pour la finale de dimanche, c'est surtout un soulagement de savoir que la relève est assurée. Une équipe qu'il suit assidûment depuis la Martinique et qui a le don de l'enthousiasmer : "Je suis emballé par cette génération. Nos joueurs sont bons techniquement et, collectivement, ils ont montré une vraie volonté de gagner" déclarait le patron du foot français à L'Équipe vendredi, en assurant notamment qu'il "suivrait la finale avec attention derrière sa télévision martiniquaise".

La finale se dispute dimanche à Sinsheim en Allemagne et Kylian Mbappé semble désigné pour mener la France vers les sommets, après son nouveau doublé contre le Portugal en demi-finales. Si les Bleuets venaient à l'emporter contre l'Italie, il pourrait bien donner son nom à cette génération dorée. La génération Mbappé.