France-Pays de Galles : un premier test prometteur pour les Bleus

  • A
  • A
France-Pays de Galles : un premier test prometteur pour les Bleus
Giroud a marqué à la 71e minute le second but des Bleus.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

L'équipe de France a tranquillement démarré sa préparation au Mondial 2018 en battant le pays de Galles (2-0), vendredi au stade de France, grâce à des buts de Griezmann et Giroud.

Le résultat et la maîtrise. L'équipe de France n'a pas vraiment eu de mal à battre le pays de Galles (2-0), vendredi soir au stade de France, pour son premier match de préparation au Mondial 2018. Même en l'absence de plusieurs joueurs majeurs, les Bleus ont montré de belles choses.
 
Du jeu, enfin. Aux questions qui se posaient légitimement après une qualification obtenue sans trop d'éclats, les Tricolores ont répondu sur le terrain. Dès les premières minutes, la bande de Didier Deschamps a mis le pied sur le ballon en asphyxiant des Gallois orphelins de leur star Gareth Bale et visiblement venus en vacances à Saint-Denis. Des intentions, des combinaisons, mais un petit manque de réalisme tout de même.

Griezmann, évidemment. Dans cette configuration, Antoine Griezmann s'est forcément régalé, aimantant tous les ballons, et distillant quelques bonnes passes. Avant d'ouvrir lui-même le score à la 18ème minute, en reprenant d'une superbe volée du gauche une ouverture non moins lumineuse de Corentin Tolisso. Impliqué sur dix buts lors de ses douze derniers matchs sous le maillot bleu (six buts, quatre passes décisives), "Grizou", en difficulté avec l'Atlético de Madrid, a encore prouvé vendredi qu'il était le patron de l'attaque française.

Giroud toujours présent. Tout comme Olivier Giroud, peu trouvé à la pointe, mais qui a inscrit son 29ème but en équipe de France (71e). Le Gunner dépasse ainsi Youri Djorkaeff et rattrape même Just Fontaine (30) et Zinédine Zidane (31). Efficace.

Un match "consistant" pour Deschamps. "Le match a été consistant, ça aurait pu être bien plus lourd mais on a fait ce qu'il fallait en termes de disponibilité, de vitesse, d'enchaînement. Même en ayant utilisé les six changements, on a fait en sorte d'aller jusqu'au bout en leur créant des difficultés donc c'est un bon match amical", a réagi au micro de TF1 le sélectionneur Didier Deschamps, qui, si ça continue, aura bien du mal à composer ses listes.

Coman pas dans le coup. Au petit jeu des points gagnés ou perdus, Kingsley Coman, préféré à Anthony Martial au coup d'envoi, a néanmoins semblé perdre du terrain. Car outre sa vitesse, dont le Bavarois a encore fait étalage sur son côté gauche, l'ailier a eu beaucoup de déchets, notamment dans ses centres, et a sûrement été à ce titre le moins bon Bleu sur la pelouse. Fekir, Lacazette et Martial, entrés à la 73ème minute de jeu, n'ont eux pas vraiment eu le temps de peser.

Mbappé rayonne. À l'inverse, Mbappé a trouvé d'abord la barre (10e), puis fait des différences, placé des accélérations, délivré quelques merveilles techniques, et parachevé sa prestation d'une passe décisive sur le deuxième but. C'est lui, aussi, qui a été à l'origine des deux poteaux de Samuel Umtiti (76e) et Benjamin Pavard (80e). S'il gomme sa légère tendance à tricoter un peu trop, cela pourrait faire très très mal aux futurs adversaires…

Pavard et Nzonzi, première. Pavard, tout comme Steven Nzonzi, a d'ailleurs fêté sa première sélection chez les A. Le premier a été plutôt en vue, le second plutôt sobre. De belles promesses à confirmer, notamment face à des équipes d'un plus gros calibre. Mardi à Cologne, par exemple, face à l'Allemagne championne du monde en titre.