Foot - Pour Mourinho, "Zidane a fait de la merde à la tête de l'équipe B" du Real Madrid

  • A
  • A
Foot - Pour Mourinho, "Zidane a fait de la merde à la tête de l'équipe B" du Real Madrid
José Mourinho et Zinedine Zidane ont travaillé ensemble au Real Madrid.@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

José Mourinho se montrait extrêmement sévère avec Zinedine Zidane lorsque celui-ci était seulement entraîneur de l'équipe B du Real Madrid.

José Mourinho a l'habitude d'égratigner ses rivaux des plus grands bancs européens. Et Zinedine Zidane, couvé au Real Madrid avant d'être propulsé à la tête de l'équipe merengue en janvier dernier, n'y a pas échappé. "Zidane a fait de la merde à la tête de l'équipe B", assénait "Mou" début 2015, selon des propos rapportés dans une biographie de l'entraîneur portugais à paraître à la fin du mois au Royaume-Uni et dont les bonnes feuilles font déjà le tour de la presse britannique.

Mourinho s'exprime alors auprès du journaliste anglais Rob Beasley, avec lequel il a multiplié les échanges pendant plusieurs années. "Le président (du Real Madrid) pense à Zidane à cause de son nom et de son statut", explique-t-il à l'été 2015, alors que le Real lui cherche un successeur. "Klopp est le seul qu'il peut faire venir", pronostique le Portugais, qui n'imaginait pas un instant voir Rafael Benitez lui succéder. Et Zidane est arrivé six mois plus tard, décrochant en Ligue des champions un succès que Mourinho n'est pas parvenu à atteindre en trois saisons à Madrid.

Quand Mourinho voulait "casser la gueule" de Wenger

Un chapitre du livre, intitulé "Battre Wenger", revient sur la relation tumultueuse entre José Mourinho et Arsène Wenger. Avec notamment cette phrase du Mou au sujet de son rival français d'Arsenal : "Je le retrouverai un jour en dehors du terrain et lui casserai la gueule". C'était à l'été 2014, après une énième passe d'armes médiatique entre les deux hommes. Depuis, ils se seraient rapprochés. "J'ai rencontré Arsène il y a quelques semaines et, comme des gens civilisés nous nous sommes serré la main, et assis à la même table", assure même Mourinho.