Foot : Leicester champion, le cauchemar des bookmakers

  • A
  • A
Foot : Leicester champion, le cauchemar des bookmakers
Un sacre de Leicester coûterait plus de 13 millions d'euros aux parieurs, soit les pertes les plus importantes de l'histoire du championnat anglais.@ BEN STANSALL / AFP
Partagez sur :

Dimanche, une victoire contre Manchester United en Premier League serait synonyme de titre pour Leicester. Un rêve pour les supporteurs, un cauchemar pour les bookmakers.

Toute l'Angleterre retient son souffle. En affrontant Manchester United dimanche, Leicester a l'occasion de devenir champion de Premier League pour la toute première fois de son histoire. Les "Foxes" n'ont besoin que d'une victoire sur leurs trois derniers matches pour réaliser un rêve qui semblait encore improbable il y a quelques mois. A tel point que les parieurs britanniques pourraient subir des pertes colossales.

Une cote à 5.000 contre 1. En début de championnat, les bookmakers misaient – logiquement – sur les clubs du Big Four, à savoir Manchester United, Chelsea, Arsenal et Manchester City. Qui aurait d'ailleurs mis un penny sur Leicester, tout juste sauvé de la relégation en fin de saison dernière ? La cote des "Foxes" s'élevait alors à 5.000 contre 1. Autrement dit, si vous avez misé 10 euros en juillet sur les joueurs de Claudio Ranieri, vous gagnerez 50.000 euros s'ils finissent champions. Aucune équipe n’a jamais arraché la victoire avec une telle cote, précisait à ESPN William Hill, l'un des plus gros sites de bookmakers anglais, en février.

Plus de 13 millions d'euros de pertes. Les utopiques du début de saison peuvent déjà se frotter les mains, tant le miracle est proche. William Hill, au contraire, perdrait plus de 13 millions d'euros en cas de sacre de Leicester, soit les pertes les plus importantes de l'histoire du championnat anglais.

Deal. Pour tenter de minimiser ces pertes, des bookmakers ont déjà contacté certains parieurs. John Pryke, un supporter des "Foxes", rongé par le stress au fil des semaines, s'est ainsi laissé convaincre, en mars, de renoncer à son pari de 20 livres (25 euros) en échange de 29.000 livres cash (37.000 euros), alors qu'il aurait pu toucher 100.000 livres (128.000 euros) en fin de saison. Mais plus le dénouement approche, plus les perspectives de gains s'améliorent pour les joueurs, et plus il devient donc difficile de conclure de tels accords. Car un échec de Leicester paraît aujourd'hui presque aussi improbable que l'était son sacre.