Noah "contre toute forme de dopage"

  • A
  • A
Noah "contre toute forme de dopage"
Yannick Noah nuance ses propos sur le dopage, dans un entretien publié vendredi dans Le Monde.@ MAXPPP
Partagez sur :

DOPAGE - Face à la polémique, Yannick Noah nuance clairement ses propos sur le dopage.

Vivement critiqué pour avoir laissé entendre qu'il était favorable à la légalisation de substances interdites dans le sport, Yannick Noah affirme son hostilité à toute forme de dopage, dans un entretien au Monde daté de samedi. L'ancien tennisman explique avoir seulement voulu "soulever la chape de plomb" qui entoure le débat sur le dopage dans le sport.

"Une démonstration par l'absurde" 

"Il s'agissait bien entendu d'une démonstration par l'absurde. Mon intention n'était pas de dire: "à partir de maintenant, la bonne idée serait de mettre tous les gamins sous perfusion.", souligne Noah, mécontent de "servir de bouclier". "Je suis contre toute forme de dopage mais je suis aussi hypersensible à l'injustice. Or, aujourd'hui, il y a trop de tricheurs qui gagnent. En Espagne ou ailleurs".

L'ancien tennisman, qui se dit "un peu frustré qu'il y ait deux poids, deux mesures en matière de dopage, que ce soit avec l'Espagne ou d'autres pays", dit avoir "l'impression très désagréable, compte tenu des nombreux témoignages reçus, de dire tout haut ce que tout le monde sait ou pense". Le vainqueur de Roland-Garros 1983 compare également le sort réservé dans l'Hexagone à deux anciennes icônes du cyclisme mondial. "Je ne comprends pas que dans notre pays, le chef de l'Etat accueille Lance Armstrong comme un héros, alors qu'on traite Richard Virenque comme un pestiféré."

Accusé de dopage par un ancien arbitre

L'édito de Noah, publié dans Le Monde vendredi dernier, avait provoqué de nombreuses réactions indignées, en France, comme en Espagne. "Arrêtons l'hypocrisie. Il faut bien sûr respecter la présomption d'innocence mais plus personne n'est dupe. La meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique", écrivait dans sa tribune l'ex-champion devenu chanteur.

Parmi les réactions suscitées par cette sortie médiatique, on peut relever celle, tardive, d'un ancien arbitre international, Milan Sterba, qui accuse clairement Noah de dopage dans un entretien à 20 minutes Suisse mis en ligne jeudi soir. "C’était de notoriété publique que Noah prenait des produits", explique-t-il. "J’ai été témoin de ses pratiques lors de son succès à Roland-Garros. Une victoire qu’il n’aurait jamais dû conserver.

"J’étais sur le court durant son quart de finale remporté face à Ivan Lendl", poursuit-il. "J’étais juge de ligne. Il s’est absenté du terrain à de nombreuses reprises et revenait à chaque fois avec les yeux explosés. C’était difficile de ne pas le remarquer." Ultime précision : Milan Sterba explique être "un proche de Rafael Nadal", visé plus ou moins directement par les déclarations de Noah.