Fifa : dernier baroud d'honneur pour Joseph Blatter devant le TAS

  • A
  • A
Fifa : dernier baroud d'honneur pour Joseph Blatter devant le TAS
Joseph Blatter va plaider sa cause devant le TAS de Lausanne.@ AFP
Partagez sur :

L'ancien président de la Fifa se rend au Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne, jeudi, pour contester sa suspension de toute activité liée au football pendant six ans.

C'est une audience qui devrait s'avérer décisive. Jeudi, Joseph Blatter, ex-président de la Fifa (1998-2015), plaide sa cause au TAS à Lausanne pour contester, certainement pour la dernière fois, sa suspension pour six ans de toute activité liée au football, qu'il juge "stupide".

"J'accepterai le verdict". Joseph Blatter se rend en personne devant la plus haute instance de la justice sportive, accompagné de son avocat Lorenz Erni. "J'accepterai le verdict puisque dans le football, on apprend à gagner, mais aussi à perdre. [...] Il faut être optimiste mais il faut aussi dire une chose : nous sommes dans le football et dans le football, il y a un arbitre", a déclaré le Suisse de 80 ans. Blatter a initialement été suspendu pour huit ans par la justice interne de la Fifa, secouée depuis mai 2015 par un vaste scandale de corruption. Cause de cette suspension : un paiement controversé de 1,8 million d'euros au Français Michel Platini, alors président de l'UEFA.

Même procédure que Platini. Platini avait lui aussi été suspendu pour huit ans en première instance. Les deux hommes avaient été jugés coupables par la chambre d'éthique de la Fifa "d'abus de position", "conflit d'intérêts" et "gestion déloyale". Dans un deuxième temps, leur sanction a été réduite à six ans en appel par la Commission des recours de la Fédération internationale. Platini a ensuite fait appel devant le TAS, qui a ramené en mai la durée de sa sanction à quatre ans.

C'est à cette procédure que se plie lui aussi Blatter. Si Platini pensait pouvoir retrouver son siège à la présidence de l'UEFA (ce fut toutefois peine perdue), Blatter n'a, lui, aucun fauteuil à retrouver. Cet ultime appel ressemble donc à un baroud d'honneur pour celui qui vient de perdre son père spirituel et prédécesseur à la tête de la Fifa, le Brésilien Joao Havelange, mort le 16 août à l'âge de 100 ans.

Même procédure pour même sort ? La décision prise par le TAS dans le cas Platini préjuge-t-elle de celle qui attend Blatter ? En mai, le TAS avait "constaté l'existence d'un contrat valable" liant Platini et la Fifa, donc Blatter. Mais le tribunal arbitral n'avait pas pour autant été "convaincu de la légitimité de ce versement". La plus haute juridiction sportive avait certes jugé que la suspension de six ans était "trop sévère", mais ajouté "qu'une sanction sévère pouvait se justifier", notamment "en raison de l'absence de repentir" de Platini.

Un repentir de Blatter, si tant est qu'il ait lieu, ne serait toutefois pas forcément suffisant pour que sa sanction soit elle aussi réduite. L'ancien patron de la Fifa est en effet également visé par la justice suisse dans cette affaire, ainsi que pour un contrat de droits TV présumé très en-dessous des prix du marché, au détriment de la Fifa.