Fichage ethnique au PSG : la LDH saisit le procureur de la République d’une plainte

  • A
  • A
Partagez sur :

La Ligue des droits de l'Homme indique avoir déposé une plainte après les révélations de Mediapart sur un fichage ethnique des joueurs recrutés par le PSG.

"Français", "Maghrébin", "Antillais", "Africain": des recruteurs du PSG ont fiché ethniquement des jeunes joueurs scrutés par le club, selon un nouveau dossier des "Football Leaks", révélé par Mediapart. Si le club a ouvert "une enquête interne", selon une information de l'AFP, la Ligue des droits de l'Homme a, de son côté, saisit le procureur de la République d'une plainte.

"Sous le coup de la loi". Dans un communiqué publié jeudi, la LDH rappelle le caractère illégal des faits rapportés par Mediapart. "Au-delà de la violation flagrante des valeurs du sport, d’égalité et de respect, et des engagements affichés par le club de lutter contre le racisme et les discriminations, ces pratiques si elles sont confirmées tombent sous le coup de la loi", indique l'association. "La Ligue des droits de l’Homme a décidé de saisir le procureur de la République d’une plainte contre ce fichage ethnique des jeunes recrues du PSG afin d’en sanctionner les coupables et les responsabilités du club", poursuit le communiqué de la LDH.



Une "initiative personnelle". De son côté, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme "demande au PSG de s'expliquer publiquement et dans la transparence afin que toute la lumière soit faite sur ces pratiques". "Notre commission juridique est saisie", ajoute la Licra sur son compte Twitter. Le PSG a confirmé officiellement dans l'après-midi "que des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés entre 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation, dédiée aux territoires hors Île-de-France". Et de dénoncer une "initiative personnelle du responsable de ce département". Soit, Marc Westerloppe, ciblé par Mediapart et parti cette année au club de Rennes.