Fed Cup, Coupe Davis : Noah et l'importance de "jouer pour son pays"

  • A
  • A
Partagez sur :

Capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis et de Fed Cup, Yannick Noah rappelle l'importance de représenter son pays, alors que plusieurs joueurs privilégient leur objectif personnel.

INTERVIEW

Yannick Noah est partout ! Le week-end dernier, le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis était à Tokyo où les Bleus se sont qualifiés pour les quarts de finale en battant le Japon (3-0). Le week-end prochain, il sera à Genève, cette fois-ci avec l'équipe de France de Fed Cup, qui affronte la Suisse au premier tour. L'occasion pour lui de disputer son premier tour de Fed Cup à la tête des Bleues.

"Tout ça est un peu nouveau pour moi". "J'ai découvert les filles il y a trois jours", explique-t-il au micro de Thomas Sotto sur Europe 1, jeudi. "On n'a pas eu la possibilité vraiment de bosser, je n'ai pas pu suivre l'Open d'Australie... Donc tout ça est un peu nouveau pour moi. Ça se passe très bien. La semaine dernière a été très agréable, on a bien bossé. Il y a une sérénité au sein de groupe. C'est calme et ça travaille dur. On attend la folie du match."

Ses ambitions dans cette compétition ? Il faut déjà passer ce "premier tour très difficile" pour lequel il estime la France n'être "pas vraiment favorite" et ensuite, "on va voir match par match". "On a une bonne équipe de Fed Cup et on peut aller jusqu'au bout", lâche-t-il tout de même. Le dernier vainqueur français de Roland-Garros (1983) ne manque donc pas d'ambition dans cette nouvelle aventure.


Yannick Noah : "On a une bonne équipe pour la...par Europe1fr

"Pas du tout fâché" avec Gaël Monfils. Une nouvelle aventure dans laquelle il ne pourra pas compter sur la numéro 1 tricolore, Caroline Garcia, qui a préféré faire l'impasse sur la Fed Cup cette année pour privilégier sa carrière individuelle. "Déjà, à mon époque, beaucoup de joueurs préféraient aller jouer la WCT, qui était un tournoi professionnel et plus lucratif, plutôt que d'aller jouer la Coupe Davis. (...) La Coupe Davis c'est l'occasion d'aller jouer dans des endroits où on n'a pas la possibilité de jouer. Ils n'ont pas la chance d'avoir de tournoi du Grand Chelem, ils n'ont pas la chance d'avoir des épreuves de haut niveau. Ça, c'est le point fort de la Coupe Davis", commente Cap'tain Noah. "Le tennis nous a apporté tellement, que je pense que l'on pourrait renvoyer l'ascenseur, d'une manière ou d'une autre. Et pour moi, jouer pour son pays, c'est une manière de renvoyer l'ascenseur. Mais aujourd'hui, les athlètes n'ont plus tout à fait la même mentalité", regrette-t-il.

L'état d'esprit, c'est justement ce qui l'a amené à se passer de Gaël Monfils pour le premier tour de la Coupe Davis. Noah lui a notamment reproché son manque d'investissement au sein de l'équipe de France. Le verra-t-on contre la Grande-Bretagne à l'occasion des quarts de finale ? "Nous ne sommes pas du tout fâchés. Il aura une chance de jouer quand il rentrera dans l'état d'esprit d'équipe. Ça peut prendre trois jours comme ça peut prendre 10 ans." Il n'est donc pas impossible de voir la Monf' en bleu cette année, et pourquoi pas, dès le prochain tour. Où ? On ne sait pas encore mais en revanche, Yannick Noah a lâché un petit indice sur la surface que l'équipe de France pourrait choisir : la terre battue. La piste n'est "pas complètement absurde", s'est-il borné à répondre.