F1 : déjà placé en redressement judiciaire, Manor cesse ses activités

  • A
  • A
F1 : déjà placé en redressement judiciaire, Manor cesse ses activités
Manor F1, en difficultés financières et déjà placée en redressement judiciaire, a mis fin à ses activités vendredi, cinq jours après la prise de pouvoir du nouveau propriétaire de la F1, LiBerty Media.@ AFP
Partagez sur :

Manor F1, déjà placée en redressement judiciaire, a mis fin à ses activités vendredi, selon les administrateurs de l'écurie britannique.

Manor F1, en difficultés financières et déjà placée en redressement judiciaire, a mis fin à ses activités vendredi, ont annoncé les administrateurs de l'écurie britannique, cinq jours après la prise de pouvoir du nouveau propriétaire de la F1, LiBerty Media.

Un délai limité pour une solution viable. "Depuis le placement en redressement judiciaire (le 6 janvier, NDLR), aucun investissement n'a pu permettre au groupe de continuer sous sa forme actuelle. (...) Les administrateurs ont donc cessé les activités (...) et ont malheureusement renvoyé chez eux les employés à compter de ce vendredi 27 janvier", écrit l'administrateur judiciaire, le cabinet britannique FRP Advisory, à quelques semaines du premier Grand Prix de la saison, le 26 mars en Australie. "Le processus de redressement judiciaire nous a donné un délai très limité pour tenter de trouver une solution viable sur le long terme pour l'écurie, mais malheureusement aucune solution n'a été trouvée pour que l'entreprise puisse continuer ses activités", a regretté Geoff Rowley, l'un des administrateurs de FRP Advisory.

Licenciements dès mardi. Les administrateurs ont toutefois indiqué avoir trouvé assez de financements pour verser les salaires de janvier aux 212 salariés de l'écurie basé à Banbury, près du circuit de Silverstone. Les procédures de licenciements doivent commencer dès mardi, a précisé FRP Advisory. Seule l'entreprise Just Racing Services, qui gère l'écurie Manor au quotidien, a mis fin à ses activités. L'entreprise Manor Grand Prix Racing, qui détient les droits de participation à la F1, n'est pas touchée par la procédure, a précisé FRP Advisory.

Sauvée de justesse en 2015. Manor Racing avait été lancée 2010 sous le nom de Virgin Racing avant de connaître plusieurs rachats. Cruellement éprouvée par l'accident mortel du Français Jules Bianchi fin 2014 au GP du Japon, alors qu'elle s'appelait encore Marussia, l'écurie avait été sauvée de justesse début 2015 par l'homme d'affaires britannique Stephen Fitzpatrick.  Après avoir été doublé par Sauber lors de l'avant-dernier Grand Prix, Manor avait terminé 11e et dernière du Championnat du monde 2016. Ce qui l'avait privé des 15 millions de dollars (17,6 M EUR) promis aux détenteurs de la 10ème place finale.

Lundi, Liberty Media avait définitivement pris le contrôle de la F1 après avoir remercié Bernie Ecclestone, le dirigeant tutélaire de la discipline depuis plus de 30 ans. Le nouveau patron de la F1 Chase Carey avait ensuite détaillé sa volonté de développer un spectacle perfectible et surtout de doper le potentiel marketing du plus prestigieux des sports automobiles.