Euro féminin : les Bleues arrachent leur qualification pour les quarts de finale

  • A
  • A
Euro féminin : les Bleues arrachent leur qualification pour les quarts de finale
L'immense joie de Camille Abily, à gauche, auteure du but égalisateur. @ TOBIAS SCHWARZ / AFP
Partagez sur :

Longtemps menée et réduite à dix, l’équipe de France féminine a égalisé en fin de match face à la Suisse (1-1) pour valider son billet pour le prochain tour. 

Un immense soulagement à défaut d’avoir chassé les doutes. L’équipe de France féminine a arraché dans la douleur sa qualification pour les quarts de finale de l’Euro, en égalisant à la fin de leur dernier match de poule face à la Suisse (1-1), mercredi soir. Réduites à dix et menées au score pendant plus d’une heure, les Françaises ont profité d’une énorme erreur de la gardienne adverse (but d’Abily, 76ème) sur un coup-franc anodin pour éviter une immense désillusion. Les Bleues, qui terminent deuxièmes de leur groupe derrière l'Autriche, affronteront l'Espagne ou l'Angleterre au prochain tour. 

Un début cauchemardesque. Les Bleues, qui n’avaient besoin que d’un match nul pour se qualifier, n'ont cependant pas rassuré. Déjà inquiétantes lors de leurs deux premières rencontres, contre l’Islande (victoire 2-1) et l’Autriche (1-1), les filles d’Olivier Echouafni ont connu un début cauchemardesque. Elles ont pris un premier coup sur la tête dès la 17ème minute, avec l'expulsion sévère de l'arrière droit Eve Périsset pour une obstruction. Dans la foulée, la Suisse a ouvert le score sur coup-franc, d'une belle tête de Crnogorcevic (1-0). 

Une qualification au mental. Menée et en infériorité numérique, l'équipe de France a accumulé les maladresses techniques, incapable de se montrer dangereuse face à une équipe suisse pourtant loin d'être impériale. Mais les Bleues ont au moins eu le mérite de ne jamais lâcher et d'y croire jusqu'au bout. Une persévérance finalement récompensée à l'entrée du dernier quart d'heure, avec la (grande) complicité de la gardienne adverse. Sur un coup-franc anodin, frappé mollement par Camille Abily, la malheureuse Gaelle Thalmann se trouait totalement (76ème, 1-1). 

Les Bleues, malmenées plus d'une heure, pouvaient exulter au coup de sifflet final. Leur Euro est, peut-être, enfin lancé.