Euro 2016 : cinq choses à savoir sur France-Irlande

  • A
  • A
Euro 2016 : cinq choses à savoir sur France-Irlande
@ Photos AFP
Partagez sur :

Les Bleus jouent une place en quarts de finale contre l’Eire, dimanche après-midi (15h) au Parc OL de Lyon, sept ans après la fameuse main de Thierry Henry. 

STATS EXPRESS

Fini les matches de poule, place à l’ivresse des rencontres à élimination directe. L’équipe de France dispute son huitième de finale contre l’Eire, dimanche après-midi au Parc OL de Lyon (15h), pour son premier match dans le tableau final de l’Euro. Sept ans après la fameuse main de Thierry Henry en barrages du Mondial 2010, les deux équipes se retrouvent à nouveau en compétition officielle.  

>> Le Lab Euro vous présente cinq choses à savoir sur France-Irlande

Les Bleus reçus cinq sur cinq. Contre l’Irlande, la France est invaincue lors de ses cinq dernières confrontations, avec 2 victoires et 3 nuls. La dernière défaite des Bleus remonte ainsi en octobre 1981, en éliminatoires du Mondial 1982 (3-2 à Dublin). De quoi rassurer Didier Deschamps et ses hommes.

La défense, vraiment un problème ? Si un secteur des Bleus a concentré les inquiétudes, c’est bien la défense. Et pourtant, l’arrière-garde tient son rang pour le moment. L’équipe de France n’a pas encaissé de but lors de deux rencontres consécutives (contre l’Albanie et la Suisse, ndlr) pour la première fois dans un Euro depuis… 1996 ! Alors, on fait la passe de trois ?

Spectacle pas assuré. France-Irlande, c’est la (mauvaise) assurance de voir… peu de buts. En effet, les cinq dernières rencontres entre les deux équipes n’ont produit que 4 petits buts, 3 pour la France et 1 pour les Irlandais. Mais même un minuscule 1 à 0 pour les Bleus, on prend.

Quel montant pour les Bleus ? Avec trois buts en trois matches, le bilan offensif des Bleus n’est pas spécialement reluisant. Mais les Tricolores ont une excuse : ils ont la poisse. L’équipe de France a touché les montants à 5 reprises lors de cet Euro, soit le total le plus élevé de la compétition.

Hugo le boss. Pour Hugo Lloris, cette rencontre est symbolique à plus d’un titre. Le gardien des Spurs va devenir dimanche le capitaine le plus capé de l’histoire des Bleus, dépassant le record de Didier Deschamps (55 contre 54). Lloris plus fort que son propre sélectionneur, y'a pas à dire : Hugo est vraiment le boss.