L'Allemagne a offert une démonstration aux Slovaques (3-0)

  • A
  • A
L'Allemagne a offert une démonstration aux Slovaques (3-0)
Devinette : entre ces trois joueurs, qui n'a toujours pas marqué dans un Euro ?@ PATRIK STOLLARZ / AFP
Partagez sur :

FACILE(S) - Les champions du monde allemands n’ont pas dérogé aux pronos face à la Slovaquie (3-0), dimanche, à Lille. La Mannschaft se qualifie pour les quarts de finale.

LE "TOP LIVE"

Une démonstration. Une promenade. Une gifle. Appelez-ça comme vous voulez, mais la Mannschaft a fait tourner la tête aux Slovaques, dimanche à Lille (3-0). Résultat : une qualification en quarts de finale pleine de maîtrise. Face à l’Italie ou à l’Espagne en quarts, cela risque tout de même d’être une autre paire de manche. Revivez notre Top Lab (subjectif, évidemment), un classement non chronologique de nos moments forts du match.

Le tableau d’affichage

ALLEMAGNE 3-0 SLOVAQUIE (Stade Pierre-Mauroy, à Lille)

  • But de Boateng (8e)

  • But de Gomez (43e)

  • But de Draxler (63e)

>> Pour revivre le direct commenté classique, c’est ici, pour le live façon Lab Euro, c’est en dessous

1. L'Allemagne en sandales-chaussettes. Les champions du monde ont offert une leçon de football de 90 minutes aux Slovaques. Un match à l’image du deuxième but allemand, où Draxler, en toute tranquillité, a réalisé un petit numéro sur son côté gauche, avant de rentrer dans la surface en sifflotant, puis de centrer en retrait. Gomez, qui venait de terminer son cocktail, finissait le travail à bout portant (43e). Voilà, voilà. 



Seconde période, même combat. Et même gagnant. Après sa passe dé sur le deuxième but, Draxler a rajouté son nom au tableau d'affichage, d'une magnifique volée sous la barre, au deuxième poteau (63e). Presque gênant.



2. Qui a été surpris ? Les Allemands n’avaient de toute façon pas mis longtemps a commencer leur balade. Dans la foulée d'une première occase en début de match, sur une tête de Khedira détournée en corner par Kozacik (7e), Boateng claquait une belle volée de l'extérieur de la surface (8e), en reprenant un corner mal dégagé par la défense. Trois petits rebonds, et c'était bon, bon, bon.



3. Özil s’est même permis de rater un péno. Toujours aussi délicat, et sans doute vexé par l’ouverture du score, Martin Skrtel a sorti les bras pour pousser grossièrement Gomez dans la surface. Un peu trop confiant peut-être, Özil y est allé en marchant. Du coup, Kozacik n’a pas eu beaucoup de mal à plonger du bon côté pour écarter le penalty (13e). On pensait alors le suspense préservé. Pas pour longtemps.



4. Neuer, comme d'hab'. À trop se balader, on emprunte parfois des chemins sinueux. C'est là que le garde forestier est tenu de vous rappeler la bonne route à prendre. Quand ce n'est pas un mur. Manuel Neuer, toujours invincible dans cet Euro, est un peu des deux. Le meilleur gardien du monde a sorti une parade énorme sur une tête de Kucka (41e). La seule occasion ou presque pour les Slovaques.



5. La pelouse, bien ou bien ? C’était finalement la seule inconnue de ce match. La pelouse installée en milieu de semaine à Lille a tenu. En soi, ça ne pouvait qu'être mieux que ce champ de patates impraticable qui a accueilli les matches de poule. Mais c’est une bonne nouvelle pour le gazon, qui accueillera encore un quart de finale dans cet Euro.