Euro 2016 : la Suède regrette l'interdiction du brassard arc-en-ciel

  • A
  • A
Euro 2016 : la Suède regrette l'interdiction du brassard arc-en-ciel
Tobias Karlsson, capitaine de l'équipe de Suède (à droite sur la photo) a regretté la décision des instances du handball.@ STIG-AKE JONSSON / SCANPIX SWEDEN / AFP
Partagez sur :

Le capitaine de l'équipe de handball de Suède avait arboré pendant ses matches d'entraînements un brassard aux couleurs de la communauté LGBT.

La Suède a regretté l'interdiction par les instances européennes du handball du port du brassard arc-en-ciel à l'Euro-2016 en Pologne, signe de solidarité envers les minorités sexuelles.

Arboré pendant les entraînements. Le capitaine de l'équipe suédoise, Tobias Karlsson, a arboré ce brassard aux couleurs de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) lors des cinq matches d'entraînement à l'Euro-2016 ainsi qu'en Ligue des champions. Il espérait pouvoir le porter dès l'entrée en compétition des "bleu et jaune" samedi contre la Slovénie à Wroclaw (groupe C), mais la Fédération européenne de handball (EHF) a annoncé jeudi qu'il serait proscrit.

Contraire au règlement. "Le brassard de capitaine est considéré comme faisant partie de la tenue de l'équipe et par conséquent doit y être conforme. Il doit être d'une seule couleur ou des couleurs nationales de l'équipe", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Ce point de règlement s'applique à l'ensemble de la tenue, chaussettes comprises, ont-ils ajouté.

"Cela n'a rien à voir avec la Pologne". "Je trouve dommage que l'EHF nous interdise de montrer que nous défendons la tolérance, l'humanité et l'égalité entre tous", a réagi Tobias Karlsson sur le site de la fédération suédoise jeudi soir. Vice-champion olympique à Londres en 2012, le défenseur du club allemand de Flensburg, âgé de 34 ans, était ambassadeur des jeux LGBT Euro Games en 2015. Karlsson a souligné qu'il ne s'agissait en aucun cas pour lui de protester contre l'interdiction de l'union civile entre personnes du même sexe en Pologne. "Cela n'a rien à voir avec la Pologne ni avec ses dirigeants, c'est une manifestation silencieuse en faveur de l'égalité entre tous. le fait que nous jouions en Pologne est une coïncidence", a-t-il expliqué au quotidien Dagens Nyheter. Lasse Tjernberg, chef de la délégation suédoise, a également déploré la décision de l'EHF.