Euro 2016 : La France pourrait rencontrer l'Angleterre en quarts de finale

  • A
  • A
Euro 2016 : La France pourrait rencontrer l'Angleterre en quarts de finale
Le buteur de Leicester, Jamie Vardy, pourrait retrouver le gardien de Tottenham, Hugo Lloris. @ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Si les Anglais et les Français remportent leur huitième de finale respectif, ils se retrouveraient en quarts de finale. 

C'est la mauvaise nouvelle du jour. Après le match nul (0-0) de l'Angleterre contre la Slovaquie, et la belle victoire (3-0) des Gallois sur les Russes, le classement du groupe B n'est pas vraiment celui qu'on attendait. Deuxièmes de cette poule, les Anglais pourraient bien retrouver les Français en quarts de finale. 

On ne connaît pas encore les 8es... Les Bleus joueront leur huitième de finale le 26 juin à Lyon contre le 3e du groupe C (Allemagne, Pologne, Irlande du Nord), ou du groupe D (Croatie, Turquie ou République tchèque) ou du groupe E (Belgique, Suède ou Eire). Les Anglais joueront le 27 juin à Nice en 8e de finale contre le 2e du groupe F (Hongrie ou Islande ou Portugal ou Autriche).

... mais les quarts se dessinent. Si le flou est encore total sur les adversaires potentiels des Bleus, les quarts sont déjà presque plus lisibles. Si la logique est respectée et si les joueurs de Didier Deschamps, favoris de leur huitième, l'emportent, ils ont donc de fortes chances de tomber contre les Anglais en quarts.

Un petit goût d'Euro 2012. La dernière fois que les deux équipes se sont affrontées, c'était le 17 novembre dernier, quatre jours seulement après les attentats qui avaient frappé Paris et Saint-Denis. Les Anglais l'avaient emporté (2-0) dans un match plein d’émotion. Les deux nations se sont rencontrées lors du dernier Euro et n'avaient pas réussi à se départager (1-1)



[BONUS TRACK] Aussitôt le match de l'Angleterre terminé, les journalistes ont tout de suite interrogé le sélectionneur sur cette hypothétique quart de finale. "Si on rencontre les Bleus en quart, ils essaieront de nous mettre la pression" en attaque, a d'abord indiqué Roy Hodgson. Et d'avertir les Froggies : "on pourra alors voir qu'on est aussi capable de bien contre-attaquer". Les Bleus sont prévenus.