Euro 2016 : avant Italie-Suède, Buffon n'a pas oublié le but d'Ibrahimovic à l'Euro 2004

  • A
  • A
Euro 2016 : avant Italie-Suède, Buffon n'a pas oublié le but d'Ibrahimovic à l'Euro 2004
Zlatan avait signé une aile de pigeon mythique face à Buffon lors de l'Euro 2004.@ JAVIER SORIANO / AFP
Partagez sur :

LAB 1.0 - En phases de groupes de l'Euro 2004, Zlatan Ibrahimovic avait égalisé contre l'Italie d'une aile de pigeon venue de nulle part.

LAB 1.0

"Tu ne nous fais pas peur." Ce vendredi, la Une de la Gazzetta dello Sport vise un homme, un seul : Zlatan Ibrahimovic. Parce qu'avant Italie-Suède (15 heures), la seule menace suédoise identifiée pour la Squadra (ou presque) s'appelle "Ibra". Et ce n'est pas Gianluigi Buffon qui dira le contraire, lui qui reste particulièrement marqué par un éclair de génie signé Zlatan lors d'un match de poules de l'Euro 2004. Retour sur ce douloureux souvenir pour l'Italie.

L'étincelle Zlatan. Deuxième match de poules de l'Euro 2004. L'Italie, qui vient de faire match nul face au Danermark (0-0), affronte la Suède à Porto, forte d'un effectif monumental (Pirlo, Del Piero, Cannavaro, Nesta, Cassano...). Les Azzurri dominent et ouvrent logiquement le score sur une tête d'Antonio Cassano. Ils se dirigent vers une victoire méritée quand surgit le jeune Zlatan Ibrahimovic, 22 ans. Sur un corner de Kim Källström, celui qui joue alors à l'Ajax Amsterdam devance Gianluigi Buffon après un cafouillage dans la surface. D'une spectaculaire aile de pigeon lobée, il égalise pour la Suède à la 85e minute. Buffon n'a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive. 

En travers de la gorge. Ce bijou avait eu des conséquences très douloureuses pour l'Italie, sortie de l'Euro 2004 malgré une victoire lors de la 3ème et dernière journée, face à la Bulgarie (2-1). La Nazionale avait été la victime d'un match nul très controversé entre la Suède et le Danemark lors de la dernière journée de la phase de groupes (2-2). Côté suédois, la légende Zlatan était née, et la sélection avait atteint les quarts de finale pour la première fois depuis 1992. 

Buffon, première victime. "Gigi" Buffon ne l'a pas oubliée, cette pépite signée Ibra. Comme tout le monde, il l'avait d'abord attribuée à la chance, et pas forcément au talent du jeune Suédois. Mais celui-ci n'allait pas tarder à faire de cette aile de pigeon l'une de ses spécialités. En quelque sorte, Buffon fut la première victime du mythe Zlatan en construction. "Je n'ai pas un très bon souvenir de ce but", s'est rappelé le portier de la Juve en conférence de presse, même s'il avoue avoir "apprécié le geste technique avec le temps, parce qu'il est très beau".

Au regard de ce mauvais souvenir, l'Italie estime que la principale menace s'appelle Zlatan. Et même Buffon, qui n'a pourtant plus encaissé un seul but d'Ibrahimovic depuis ce bijou de 2004, a tenu à alerter du danger. "Pour moi, comme pour notre défense, il sera un beau problème", a-t-il déclaré.

Fidèles à leur rigueur défensive, les Azzurri comptent bien marquer "Ibra" de près, ce vendredi, à Toulouse. Et s'ils n'y parviennent pas, ils pourront toujours choisir la solution proposée par la Gazetta dello Sport : le muselage en bonne et due forme.