Le "groupe de la mort" fait son entrée

  • A
  • A
Le "groupe de la mort" fait son entrée
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

ANTISÈCHE B - Pays-Bas-Danemark et Allemagne-Portugal, deux belles affiches samedi.

A chaque grande compétition, c'est la même chose, tout le monde attend de voir le fameux "groupe de la mort". Cette année, le sort a décidé de jeter son dévolu sur la lettre B. Avec l'Allemagne, les Pays-Bas, le Portugal et le Danemark, difficile d'imaginer plus relevé. Et pour vous faire déjà saliver, imaginez le duel entre Cristiano Ronaldo et Mesut Özil, les deux coéquipiers du Real ou encore le combat de bouchers entre Pepe et Van Bommel,…

Low

Le favori. Demi-finaliste de la dernière Coupe du monde et finaliste de l'Euro 2008 (battue à chaque fois 1-0 par l'Espagne), l'Allemagne fait partie des grands favoris de cette édition. Depuis plus de six ans, le très smart Joachim Löw a constitué un groupe incroyable en se basant sur des jeunes joueurs comme Boateng, Badstuber, Hümmels, Müller et sur quelques vieux briscards parfaits pour ce genre de rendez-vous comme Schweinsteiger, Klose ou Lahm. Solide derrière, explosive devant, la Mannschaft sera favori, même dans le "groupe de la mort".  

Le choc : Allemagne VS Portugal. On aurait très bien pu choisir Allemagne-Pays-Bas ou encore Portugal-Pays-Bas, mais l'opposition entre la Mannschaft et les Lusitaniens nous semble encore plus alléchante. Imaginez seulement Pepe défendre sur Mario Gomez pour une revanche de la demi-finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et le Bayern Munich. Et puis après avoir chipé la 5e place à l'indice UEFA à la France, le Portugal veut monter à tout le monde qu'il ne brille pas seulement   à travers la Ligue Europa. Rendez-vous samedi 9 juin à 20h45.

La star. Condamné à la deuxième marche du podium pour le Ballon d'Or derrière Lionel Messi, Cristiano Ronaldo va enfin pouvoir s'exprimer tout seul. Jusqu’à preuve du contraire, l'Argentine ne fait pas encore partie de l'Europe. La petite puce argentine ne viendra donc pas voler la vedette à CR7. La star du Real Madrid va user des pralines à 30 mètres et des grigris dans tous les sens. Reste à savoir si les 60 matches disputés cette saison avec les Merengue ne l'auront pas trop entamé…

CR7

L'histoire. C'est un homme qui a soif de revanche. Ecarté, oublié puis transféré au Bayern Munich, Arjen Robben a toujours à cœur de faire disparaître sa mauvaise aventure madrilène. Après avoir raté un pénalty dans les prolongations et perdu la finale de la Ligue des champions contre Chelsea, l'attaquant chauve rêve de briller et de brandir, enfin, un trophée digne de ce nom. Lui, comme toute une génération talentueuse (Van der vaart, Huntelaar, Van Persie), qui possède peut-être l'un des meilleurs publics du monde mais qui échoue très souvent sur la dernière marche.

L'inconnue. A priori, la qualification devrait se jouer entre l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal. Mais les Danois pourraient bien décider de mettre leur grain de sel dans ce groupe B. Depuis que Morten Olsen a repris les commandes de l'équipe en 2000, il applique la même philosophie, un jeu porté vers l'avant, un peu similaire à celui des Oranje. Problème, Bendtner et Rommedahl ne sont pas Van Persie et Huntelaar. Mais on ne sait jamais, sur un malentendu, une grosse frappe du joueur d'Evian, Poulsen, d'entrée de jeu contre les Pays-Bas et derrière, ça changerait la donne…