L'Allemagne impose sa loi

  • A
  • A
L'Allemagne impose sa loi
@ REUTERS
Partagez sur :

EURO - L'Allemagne, très offensive, a fait sauter le verrou grec pour accéder aux demies (4-2).

Klose face à la Grèce (930x620)

© REUTERS

Celui qui a bien mérité sa douche* : Le sélectionneur de l'Allemagne, Joachim Löw, avait surpris tout son monde, vendredi soir, en alignant une attaque inattendue face à la Grèce, lors du deuxième quart de finale de la compétition. Exit Müller, Podolski et Gomez pour le trio Reus-Schürrle-Klose. Miroslav Klose, 119 sélections, 63 buts et titulaire annoncé en début de compétition. L'attaquant de la Lazio, préféré donc à Gomez (qui restait pourtant sur trois buts en trois matches !), a mis quatre minutes à entrer dans la partie. A l'affût après un tir de Sami Khedira repoussé par Michalis Sifakis, il marqua dans le but vide mais fut justement signalé hors jeu. A la 24e minute, il fut tout près de pousser le cuir sur une tentative de Marco Reus. Finalement, le trentenaire allemand trouva la solution de la tête, à la 68e minute de jeu, pour donner deux buts d'avance à la NationalMannschaft. A 34 ans, il inscrit son 64e but avec la sélection et n'est plus qu'à quatre longueurs du record de Gerd Müller.

Le geste technique : Alors que l'Allemagne venait à peine d'être rejointe par la Grèce, elle a été relancée par un geste technique unique, une volée de Sami Khedira sur un centre venu de la droite de Jérôme Boateng (61e). La frappe, limpide, est venue se loger dans la lucarne de Sifakis, impuissant. Splendide.

Khedira inscrit le but du 2-1 :

L'atout charme : Ce petit supplément de motivation, Khedira l'a peut-être trouvé dans la présence dans les tribunes de sa compagne Lena Gercke (ici à gauche sur la photo), mannequin de 24 ans célèbre pour avoir posé nue avec son compagnon en couverture de l'édition allemande de GQ. Pour ce quart de finale face à la Grèce, les compagnes des joueurs allemands (à droite, celle de Thomas Müller) étaient présentes dans les tribunes de la Gdansk Arena.

Gercke, Khedira

© REUTERS

La cacahuète : Sur ce match face à la Grèce, l'Allemagne a fait la démonstration de ses qualités au niveau des tirs chirurgicaux. Il y a eu le but de Khedira, mais aussi celui de Marco Reus, le quatrième (74e), une volée fantastique sans contrôle, mais aussi le tout premier, une frappe de l'entrée de la surface de réparation du capitaine Philipp Lahm (39e). On pensait alors que les Grecs ne s'en relèveraient pas...

Lahm ouvre le score pour l'Allemagne :

Samaras

© REUTERS

L'action Playstation : Et pourtant... Outrageusement dominée en première période (avec une possession de balle limitée à 20% après 25 minutes !), la Grèce a fait mouche sur sa première réelle occasion, en début de deuxième période, un contre mené à 100 à l'heure par Dimitris Salpingidis, qui trouva le chevelu Georgios Samaras, venu tacler le ballon pour battre Neuer. La Grèce pouvait exploser... l'espace de six minutes.

Le loser : Il n'y avait eu jusqu'à présent qu'un seul penalty de sifflé lors de cet Euro, pour la Grèce, lors du match d'ouverture. Il avait été manqué par Yorgos Karagounis. Le deuxième de la compétition, c'est à nouveau la Grèce qui en a bénéficié, après une main dans la surface du malheureux Jérôme Boateng. Karagounis (injustement) suspendu, c'est Salpingidis qui s'est chargé de la sanction. Avec succès.

drapeau, allemagne

Le tifo : Les supporters allemands étaient venus en nombre chez leur voisin polonais et ont animé l'avant-match avec un gigantesque drapeau national. Festif.

La boulette sauce tandoori : Le gardien grec Michalis Sifakis, entré en jeu lors du deuxième match alors que la Grèce était déjà menée 2-0 par la République tchèque, n'avait pas encore encaissé de but lors de cet Euro. Après avoir subi les foudres de Lahm puis de Khedira, il a lui-même ouvert la voie au troisième but allemand en partant à l'aventure sur un long centre venu de la droite de Mesut Özil. Et quand Klose est dans les parages, ça ne pardonne pas.

Merkel

© REUTERS

Le people : Elle est venue et elle a vu la sortie de la Grèce de l'Euro. La Chancelière allemande, Angela Merkel, a vécu à 100% la rencontre de vendredi soir et a paru très satisfaite du taux de réussite et des bons chiffres allemands : quatre victoires en quatre matches et un statut de favori n°1 conforté.

*>>Retrouvez la "bible" d'Europe1.fr en short