Et une insulte de Nasri pour finir

  • A
  • A
Et une insulte de Nasri pour finir
@ REUTERS
Partagez sur :

EURO - Le milieu de terrain des Bleus a insulté un journaliste à la fin du match.

Bien évidemment, toute comparaison immédiate avec Knysna n'est pas opportune. Mais les événements d'après-match font bien évidemment resurgir de mauvais souvenirs pour les fans de foot et de l'équipe de France. Après la défaite (2-0) contre l'Espagne, Samir Nasri a insulté un rédacteur de l'AFP. Une bien mauvaise note pour terminer cet Euro.

Après le "ferme ta gueule"...

Deux buts de Xabi Alonso auront mis un terme aux espoirs des Bleus. Deux buts de trop pour certains joueurs, visiblement trop nerveux à la fin du match. Les hommes de Laurent Blanc rentrent aux vestiaires en passant par la zone mixte. Un journaliste de l'AFP demande à Samir Nasri une réaction sur le match.

>>> A LIRE : Retour sur l'élimination des Bleus

Le Français refuse de parler en expliquant que la presse cherche toujours "à écrire de la merde". Le journaliste restant poli mais ferme, lui a dit qu'en ce cas-là, ses commentaires ne l'intéressaient pas. Le Citizen sort de ses gonds et l'insulte. "Va te faire enculer fils de pute", lâche-t-il avant de conclure : "comme ça, tu pourras écrire que je suis mal élevé".

Nasri-2

Blanc : "les propos de Nasri sont très violents"

Invité sur le plateau de Téléfoot dimanche matin, Laurent Blanc est revenu sur les propos déplacés de Samir Nasri. "Il y a un problème Nasri avec la presse. La réalité, elle est là. Les propos sont très violents", a expliqué le sélectionneur. "Ce sont des propos avérés. C’est un manque de respect vis-à-vis du journaliste, même s’il n’a pas eu trop de respect pour Samir non plus. Je lui ai dit ce que j’en pensais et ce que j’aurais fait à sa place. C’est très regrettable".

Il y a deux semaines à peine, Samir Nasri avait débuté son Euro par une insulte après son but contre l'Angleterre. Le "ferme ta gueule" n'était rien à côtés des propos qu'il a pu tenir, samedi soir dans les couloirs de Donetsk. Des mots qui ressemblent étrangement à ceux prononcés par Nicolas Anelka contre Raymond Domenech, lors de la Coupe du monde 2010...