Balotelli, un doublé et une finale

  • A
  • A
Balotelli, un doublé et une finale
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Grâce à un doublé de Balotelli, l'Italie a battu l'Allemagne (2-1) et se hisse en finale.

La finale des champions. Tout le monde voyait l'Allemagne en finale pour une revanche de 2008. Tout le monde sauf... Mario Balotelli. Avec un seul but avant la rencontre dans la compétition, Balotelli s'est bien rattrapé en inscrivant un merveilleux doublé. Si l'Italie est en finale, dimanche à Kiev, elle le doit en grande partie à ce joueur. L'Allemagne, elle, pourra s'en vouloir. Passive et incapable de trouver des solutions pendant 90 minutes, la Mannschaft est passée totalement à côté de son match. Pour l'anecdote, la finale opposera les deux anciens champions du monde (2006 et 2010).

Balotelli-2

Celui qui a bien mérité sa douche : Balotelli. A 21 ans, "Super Mario" a montré au monde entier ses qualités sur un terrain. Pour beaucoup, il n'était qu'un "bad boy" capable de mettre le feu à sa propre maison, de péter un plomb sur le terrain ou de sortir les veilles de match jusqu'à six heures du matin. Mais "Balo", c'est aussi un gamin de 21 ans capable des plus beaux gestes devant le but. Jeudi soir contre l'Allemagne, deux gestes auront suffi pour qualifier la Squadra Azzura. Un coup de casque, une frappe surpuissante, un doublé qui méritait bien de montrer ses pectoraux.

Balotelli double le mise à la 36e minute (à partir de 2'20) :

Podolski

Celui qui aurait pu rester chez lui : Podolski. Privé de quart de finale à Gdansk face à la Grèce, Lukas Podolski avait  l'occasion d'évoluer dans son pays natal pour cette demi-finale à Varsovie. Hélas pour lui, il n'a jamais vraiment pesé sur le jeu, ratant même des contrôles assez simples et une bonne occasion sur un centre tendu de Jerome Boateng à la 34e. Remplacé à la mi-temps par Reus, cette 101e sélection aura un fort goût d'inachevé pour Podolski.

Le chiffre du jour : 2. Comme le nombre de victoires italiennes en cinq matches depuis le début l'Euro. Un chiffre porte-bonheur qui n'a pas empêché la "Nazionale" de se qualifier en finale du tournoi, en battant l'Allemagne en demi-finale (2-1). Sortie invaincue du "groupe de la mort", l'Allemagne a gagné plus de matches que son adversaire du soir...

Lahm

La pensée du jour. "Une fois que tu es mené au score contre l'Italie, cela devient très difficile", a déclaré Philipp Lahm à la fin du match. Même si l'Italie a joué vers l'avant, il est difficile de contredire le défenseur et capitaine de l'Allemagne. Avec deux buts d'avance, Cesare Prandelli a verrouillé le jeu. Un bon retour au célèbre catenaccio pour conserver un résultat, l'Italie sait faire.