Fifa : et si Blatter se représentait ?

  • A
  • A
Fifa : et si Blatter se représentait ?
Et si Sepp Blatter restait président de la Fifa ? Pas si incongru selon certains de ses proches.@ FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :

SURPRISE, SURPRISE - Sepp Blatter envisagerait sérieusement de renoncer à sa promesse de quitter la Fifa. 

Sepp Blatter quittera-t-il la Fifa dans quelques mois ? Rien n'est moins sûr. Selon le journaliste et publiciste Klaus Stöhlker, qui a conseillé Blatter durant sa dernière campagne de réélection, le dirigeant suisse pourrait être candidat à sa propre succession. "C'est l'homme qui a bâti la Fifa, c'est son oeuvre, c'est son monde, et pour le moment, il n'y a aucun candidat officiel de grande qualité", insiste Klaus Stöhlker au micro d'Europe 1. Rappelons que Blatter est en poste depuis 1998...

De nombreux messages de soutien. Quatre jours seulement après avoir été réélu en plein scandale de corruption visant des responsables de la Fifa, Sepp Blatter avait annoncé le 2 juin qu'il démissionnerait à l'occasion d'un congrès extraordinaire qui devrait se tenir entre décembre 2015 et mars 2016. Mais, depuis, Blatter aurait reçu de nombreux messages de soutien de fédérations africaines et asiatiques lui demandant de reconsidérer sa décision, et il n'y serait pas insensible. "L'Afrique est un continent qui aime beaucoup Blatter", souligne encore Klaus Stöhlker. "C'est lui qui a fait le Mondial en Afrique du Sud (première Coupe du monde organisée en Afrique, en 2010, ndlr) et la même chose est vraie en Asie (en Corée du Sud et Japon, en 2002, ndlr), qui est également pour une autre candidature Blatterienne."

Le feuilleton n'est pas terminé à la Fifa. Fin mai, la justice américaine a lancé un vaste de coup de filet contre 14 dirigeants et partenaires de l'organisation. Ces hauts responsables de la Fifa seraient impliqués dans des affaires de corruption présumée de plusieurs millions de dollars, essentiellement au sein de la Concacaf, une des six fédérations de la Fifa. Les accusations portent sur les attributions des Coupes du monde 2018 en Russie et 2022 au Qatar mais également sur des "droits de marketing et de télévision". Quelques semaines plus tard, on a appris que Blatter lui-même était visé par une enquête du FBI