Tour de France : revivez la 7ème étape entre Fougères et Chartres

  • A
  • A
Tour de France : revivez la 7ème étape entre Fougères et Chartres
@ Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :

La plus longue étape du Tour semblait promise aux sprinteurs vendredi. Et c'est sans surprise que l'un d'entre eux, le Néerlandais Dylan Groenewegen, s'impose au final, en costaud. 

L'ESSENTIEL

Gaviria, Sagan, Greipel, Kittel, Kristoff, Démare… Voilà les noms qui revenaient le plus souvent au moment de dégager les favoris de la 7ème étape du Tour de France, vendredi, entre Fougères et Chartres. Le parcours, plat et long de 231 kilomètres - soit la plus longue étape de ce Tour -, était taillé pour ces colosses de la route. Après un début de course animé et une échappée de Yoann Offredo (Wanty-Groupe Gobert) puis de Laurent Pichon (Fortuneo-Samsic), le peloton s'est finalement regroupé. 

Les infos à retenir :

  • Le Néerlandais Dylan Groenewegen s'impose au sprint, le Belge Greg Van Avermaet conserve le maillot jaune 

  • Cette 7ème étape était la plus longue du Tour 2018, avec 231 kilomètres

  • Deux Français, Yoann Offredo (Wanty-Groupe Gobert) d'abord, Pichon (Fortuneo-Samsi) ensuite, ont animé l'étape en s'échappant

Le point à l'arrivée : c'est le Néerlandais Dylan Groenewegen qui s'impose ! Impressionnant, le sprinteur de la Team Lotto Jumbo devance le Colombien Fernando Gaviria et le Slovaque Peter Sagan. Groenewegen remporte sa deuxième étape sur le Tour, après les Champs-Elysées l'an passé.

Le point à 5 km de l'arrivée : les trains se mettent en marche. Chaque équipe disposant d'un sprinteur capable de joue la gagne se porte à l'avant du peloton. On voit notamment beaucoup les Groupama-FDJ d'Arnaud Démare ou encore les Lotto-Soudal d'André Greipel. 

Le point à 10 km de l'arrivée : le peloton toujours dans l'attente. Il ne se passe rien dans les derniers kilomètres de cette étape. Le peloton attend le sprint. 

Le point à 25 kilomètres de l'arrivée : le calme avant la tempête. Ni coup de bordure ni tentative d'échappée à signaler. Le peloton, regroupé, ne roule pas à bloc, mais personne n'ose tenter de sortir. 

Le point à 35 km de l'arrivée : Pichon repris, le peloton nerveux. C'est logiquement fini pour Laurent Pichon, repris par un peloton nerveux. Clairement, les équipes craignent des coups de bordure et portent leur leader aux avants-postes. Du coup, ça roule fort devant.

Le point à 40 km de l'arrivée : le peloton se rapproche. Moins de trente secondes désormais pour l'homme de tête. L'aventure solitaire de Laurent Pichon va probablement très rapidement prendre fin.

Le point à 50 km de l'arrivée : Pichon reprend un peu de champ. Après un sprint intermédiaire, le peloton temporise. Résultat, Laurent Pichon reprend un peu d'avance. Le coureur de Fortuneo compte désormais plus d'1'30'' d'avance. 

Le point à 65 km de l'arrivée. Malgré ses efforts, Laurent Pichon voit le peloton se rapprocher. Le Français n'a plus qu'un peu plus d'une minute d'avance. A noter que la course pourrait s'animer dans les prochains kilomètres. Le paysage sera bientôt fait de grandes lignes droits à découvert, ce qui pourrait faciliter des coups de bordure. 

Le point à 80 kilomètres de l'arrivée : Pichon part seul. L'arrivée est encore loin, ce qui laisse le temps à certains de tenter le coup en solitaire. C'est Laurent Pichon (Fortuneo-Samsic), qui s'y colle. Grâce à un gros effort, il compte déjà plus d'une minute sur le peloton. 

Le point à 90 kilomètres de l'arrivée : coup de chaud et coup de bordure dans le peloton, Offredo repris. Sous l'impulsion des AG2R et des Trek-Segafredo, bien décidés à profiter du vent qui balaye la route du Tour, le peloton se scinde en trois. Plusieurs coureurs piégés mettent de longs kilomètres à rentrer, mais y parviennent finalement. Plus de peur que de mal, mais ce coup de bordure a fait une victime, Yoann Ofreddo, qui n'a pas pu résister à l'accélération de ses poursuivants. Il est finalement avalé par le peloton.

Le point à 100 kilomètres de l'arrivée. Pas grand-chose à dire, sinon que l'écart continue de baisser progressivement entre Yoann Offredo et le peloton, qui n'a plus que 3'40'' de retard sur le coureur de Wanty-Groupe Gobert. Nicolas Edet, de la Cofidis, de passage sur ses terres, a pu prendre quelques mètres d'avance pour saluer les siens. 

Le point à 115 km de l'arrivée : la balade d'Offredo. L'homme de tête semble très relax. Yoann Offredo sourit, discute avec son directeur sportif, se débarrasse de son oreillette... A l'avant du peloton, les équipiers des sprinteurs, ceux de Groupama-FDJ, pour Démare ou ceux de Quick Step, pour Gaviria, commencent à se montrer. Du coup, l'avance se réduit progressivement, jusqu'à atteindre cinq minutes. 

Le point à 135 km de l'arrivée : L'écart se réduit encore. Doucement mais sûrement, le peloton grignote son retard. Le voilà désormais qui pointe à 6'47'' de Yoann Offredo, désormais seul en tête depuis près de 55 kilomètres. 

Le point à 150 km de l'arrivée : le peloton a (un peu) accéléré. Las de voir l'écart augmenter, le peloton s'est un peu réveillé, et l'avance de Yoann Offredo est donc retombé sous les 7'30''. Pour le reste, c'est Philippe Gilbert, l'un des leaders de la Quick Step, qui résume le mieux le spectacle. "Faut avoir préparé les anecdotes aujourd'hui. Parce qu'il y a rien à dire", lance-t-il, hilare, à la caméra. 

Le point à 160 km de l'arrivée : Offredo s'envole. Yoann Offredo bénéficie désormais de plus de 9 minutes d'avance. Il s'agit de l'écart le plus large pour une échappée depuis le début du Tour. A noter que le Français de Wanty-Groupe Gobert, 81ème du classement à 11'44 de Greg Van Avermaet, n'est toujours pas maillot jaune virtuel. 

Le point à 175 km de l'arrivée : le peloton laisse du champ à Offredo. Le peloton a décidé de laisser du champ au coureur français de l'équipe Wanty-Groupe Gobert, dont l'avance approche désormais les six minutes. À noter que le quadruple vainqueur du Tour de France, Christopher Froome, s’est un temps laissé glisser à l'arrière du peloton pour régler un léger problème de selle. Le Diable se niche dans les détails et le Britannique le sait bien.



Le point à 190 km de l'arrivée : Offredo seul en tête. Incorrigible Yoann Offredo. Le baroudeur français de l'équipe Wanty-Groupe Gobert, déjà échappé lors de la 1ère étape de ce Tour, a attaqué au km 33, soit à 198 km de l'arrivée. Il a rapidement pris une bonne minute d'avance sur le peloton.



Le point à 205 km de l'arrivée : regroupement général. Sous l'impulsion notamment des Lotto d'André Greipel, le peloton revient sur les dix fuyards, beaucoup trop forts pour profiter d'un bon de sortie. Avertissement sans frais pour le peloton, mais ce début d'étape est finalement plus animé qu'attendu. 

Le point à 210 km de l'arrivée :  une grande échappée se forme. Contre toute attente, le peloton explose avec l'attaque en contre de plusieurs coureurs au moment où Thomas Degand est repris. Une dizaine d'entre eux arrivent à se faire la belle, pour une échappée qui pourrait faire mal.

Les dix hommes de tête :

Arthur Vichot (Groupama FDJ)
Yves Lampaert (BEL/Quick Step)
Tony Gallopin (Ag2r La Mondiale)
Oliver Naesen (BEL/Ag2r La Mondiale)
Lukas Pöstlberger (AUT/Bora Hansgrohe)
Michal Gogl (AUT/Trek Segafredo)
Thomas De Gendt (BEL/Lotto Soudal)
Edward Theuns (BEL/Sunweb)
Simon Gerrans (AUS/BMC)
Julien Vermote (BEL/Dimension Data)

Le point à 215 km de l'arrivée : personne ne roule. Ni l'homme de tête ni le peloton ne roulent, et la moyenne de cette étape est pour l'instant très, très lente. Thomas Degand fait tout pour être repris, l'avance fond et le regroupement a inévitablement lieu. Pas grand-chose à signaler pour l'instant, dans cette étape qui promet d'être bien longue. 

Le point à 225 km de l'arrivée : Thomas Degand part seul. Le temps risque être long pour Thomas Degand. Le Belge de la formation Wanty-Groupe Gobert est parti seul. Alors qu'il roule à une allure bien modérée, il prend rapidement une minute d'avance sur un peloton amorphe pour l'instant. 

Le point au départ : pasd'échappée soudaine. Contrairement aux étapes précédentes, l'échappée du jour ne se forme pas dès les premiers kilomètres. Yoann Offredo a bien tenté sa chance, mais trop seul, il a levé le pied. 

Le point sur l’arrivée : au bon souvenir de Thomas Voeckler. Après un passage au large de la célèbre cathédrale, joyau de la ville inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, l'arrivée est jugée au bout d'une ligne droite de 600 mètres près de l'hippodrome, en entrée de ville.

Chartres (42.000 habitants), ville-étape pour la 3e fois, accueille le Tour quatorze ans après le succès de l'Australien Stuart O'Grady. Cette année-là, l’échappée avait terminé avec 12 minutes d’avance sur le peloton, et le maillot jaune avait été revêtu par Thomas Voeckler. Le jeune coureur français allait devenir le chouchou du public en gardant la précieuse pendant dix jours, notamment en résistant à Lance Armstrong dans les Pyrénées.

Le point sur les classements

Le général : 

1. Greg Van Avermaet (BEL/BMC) 22h35’46’’.
2. Geraint Thomas (GBR/SKY) à 3’’
3. Tejay Van Garderen (USA/BMC) à 5’’
4. Julian Alaphilippe (FRA/QST) à 6’’
5. Philippe Gilbert (BEL/QST) à 12’’

14. Christopher Froome (GBR/SKY) à 1’02’’

23. Romain Bardet (FRA/AGR) à 1’45’’

Maillot vert : Peter Sagan (SVK/BOR) 199 pts
Maillot à pois : Toms Skujins (LAT/TRE) 6 pts
Jeunes (général) : Soren Kragh Andersen (DAN/SUN)